pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

17 mai 2008

Où se situe le seuil de tolérance à la souffrance d'un peuple ?


source le journal le calame 20-05-2008


"Je ne m’adresse qu’à des gens qui sont capables de me comprendre, ceux là me liront sans danger »
Le Marquis de Sade

Ce nouveau gouvernement est une insulte, qui s’ajoute à une injure contre la démocratie. Cette décision de ressusciter les anciens démons du PRDS est un vrai coup de poignard dans le dos du peuple mauritanien. Je ne partage pas l'enthousiasme de la presse mauritaniennes et ses éditorialistes "moutons de panurge" pour ce gouvernement soi disant issu de la majorité. Aucun membre de ce gouvernement ne tire sa légitimité des urnes (Aucun député, aucun maire ou sénateur). Ce gouvernement a violé les plus élémentaires des droits du peuple, manger à sa faim, s’éduquer, se soigner et vivre en sécurité. Jusqu’à quand le peuple supportera les injustices et le mépris?
Jusqu’à quand continuera-t-il à subir en silence l’hégémonie d’un groupe d’individus qui n'ont comme objectif que de perpétuer la destruction massive de ce pays et de ce peuple digne et honorable pour leurs profits personnels et leur petit confort matériel provisoire?Ils n’ont qu’a regarder les anciens présidents, et les anciens ministres, (dans les rues de Nouakchott ou ailleurs).Le chacal a plus d’envergure que eux "6hib e6ouel min houm wa3vaa" et ceux malgré tous les biens amassés frauduleusement au temps de leur éphémère gloire. Jusqu'à quand va t-il continuer à se taire? Je me demande parfois en silence, où se situe le seuil de tolérance à la souffrance d'un peuple? La précarité, la mauvaise gestion, la corruption et la pauvreté galopante ne sont que le bilan éloquent d’un gouvernement qui résiste à l’usure du temps. Quel est l’élu ou le membre du gouvernement qui se soucie du peuple et des citoyens? Aucun.Jusqu'à ce jour tout est permis : pot de vin, détournement des derniers publics, malversation, pédophilie, trafics en tous genres, spoliation des espaces publics etc. Par contre, le seul crime qui demeure impardonnable en Mauritanie est la tentative de coup d’Etat qui échoue. C'est ça la Mauritanie.Il faut arriver où pour que le peuple entier se soulève, pour qu'il retrouve sa fierté, sa dignité, et un semblant de reconnaissance? Jusqu'à quand le peuple va tolérer ce pouvoir impopulaire, arrogant et impuissant qui nous gouverne? Ou attendre impatiemment la prochaine échéance de 2012 pour se débarrasser de cette monarchie institutionnalisée. Ceux qui ont compris parfaitement la Mauritanie (ils ne sont pas nombreux en dehors de la sphère décisionnelle) savent que les élections 2012 se préparent dès aujourd’hui. Et ils sont déjà à l’œuvre. Le premier ministre a réalisé une prouesse en ‘’acoquinant’’ les islamistes, les idéologues aigris de l’UFP et les transfuges du PRDS juste après avoir usé le gouvernement zéro de l’ère de la démocratie. Quel talent que celui de placer aux différentes tirelires de l’Etat des hommes fidèles? Sans susciter aucune réaction d’indignation de l’opposition, si elle existait encore. Ou en mettant aux manettes des habitués des maniements de l’argent de l’Etat, des vrais illusionnistes et spécialistes ès élections. Avec la bénédiction des militaires qui ont risqué leurs vies un jour de 3 août pour les chasser du pouvoir.La preuve vivante que la Mauritanie a une mémoire hyper sélective. Il ne reste plus qu’à ouvrir l’espace audiovisuel. Pour voir les hommes d’affaires s’offrir chacun sa radio, sa télévision et son site web. Car la campagne de 2012 serait sous le signe de la guerre médiatique. Ceux qui l’ont compris sont déjà à pied d’ouvre.


Dr kleib ahmed salem
Paris FRANCE

source le journal le calame 20-05-2008

13 mai 2008

Retour vers le passé le 27 mars 2007

En lisant mon blog pour me rappeler ce que j'avais pensé au lendemain de l'élection De SIDI ould cheikh Abdallâhi, j'ai trouvé cet article. Cliquer ici sur le lien .

Qui a suscité l'indignation de certains internautes et les insultes d’autres. Je tiens à le ressortir pour jauger l’humeur des visiteurs après le nouveau gouvernement qui a le goût et la couleur du PRDS.
voici le texte: 27 mars 2007

Parier sur le mauvais cheval
Ce que je pense et ce que je propose
Ce nouveau président est un président écran qui a bénéficié du vote sanction contre Ould DADDAH et du soutien des ténors de l'ancien régime et des grandes fortunes frauduleusement amassées au fil des années de la dictature de Ould Taya et surtout de l'accord et de l'aval du CMJD. Quel échec pour la démocratie, quel échec pour la mauritanie !
Tout me parait clair ce soir. Dans quelques mois le futur président malade et fatigué n'aura pas assez de force pour s'opposer au parlement divisé et sans majorité absolue. La dissolution de ce dernier et des élections anticipées seraient l'ultime scène de la dramaturgie écrite par les brillants militaires qui nous ont manipulés depuis le 3 août. Ely partira sans partir. Ce président "Ely" qui a bénéficié de tous les moyens de l’Etat pour faire une campagne de longue haleine de 17 mois aux frais du trésor public, des moyens de propagande de l’Etat à savoir la télévision la radio et les femmes colporteuses de rumeurs.
Ceux qui ont parié sur le mauvais cheval se sont trompé de candidat. Preuve qu’ils n’ont rien compris au système et à la Mauritanie. Elire un président de 69 ans, (dans un pays où l’espérance de vie est de 49 ans) ,est un défi à la physiologie humaine est une prouesse typiquement mauritanienne.
Ce que je propose est que
-Ould daddah soit nommé président du conseil constitutionnel en signe de reconnaissance pour l’homme et non pour son discours et son entourage, afin qu’il se retire dignement de la politique à la JOSPIN.
-Que les anciens barons du PRDS ne soient pas nommés dans le futur gouvernement sinon ce serait une régression politique et quelque soit le nombre de vote qu'ils ont apporté lors du scrutin.
-Qu’il empêche Ely ould mohamed vall de revenir au pouvoir à tout prix. En le mettant en examen pour crime économique et Enrichissement illicite et abus de biens publics.
-Qu’il nous débarrasse du gouvernement jetable de la transition ou gouvernement à usage unique le plus vite possible. Gouvernement que ne nous ne regrettons pas qui a été le plus mauvais gouvernement de l’histoire du pays au dire de tous les citoyens.
Qu’il ne nous torture pas durant ce quinquennat par son courrier et ses allées et retours lui et son épouse KHATOU sur notre seule chaîne de télévision.
-Et que l’on nous préserve ce minimum de liberté acquis « paradoxalement – sous les militaires.Et qu’il essaie de respecter son programme pour lequel il n’a pas été élu.

APPEL À CONTRIBUTIONS ET À TÉMOINS!



La formation et la composition de ce nouveau gouvernement Sidiocao-Tayiste n’aura surpris personne et surtout pas moi. Elle s’est faite selon la trame prévisible, simpliste et vulgaire que tout le monde avait pronostiquée.
Je l’avais déjà annoncée et disséquée dans un article paru sur Cridem en mars, il y a plus deux mois, intitulé: Un an déjà : le holdup up électoral, c’est vous dire que Sidioca a donné dans le panneau obséquieusement et tête baissée et c’est vraiment le cas de le dire !
Le retour des figures de proue de la gabegie et de l’exclusion sociale montre très bien que Sidioca le « pompeur » a décidé de mettre le turbo pour siphonner le pays avec l’aide des mains expertes de :
- Boidiel Ould Homoïd, le rapace négationniste rustre et fruste ;
- Cheikh El Avia Ould Mohamed Khouna, le roi de la rapine et de l’hypocrisie ;
-Mohamed Yehdhih Ould Moctar El Hacen, auteur du casse du siècle en se barrant avec le trésor de guerre des flibustiers Tayistes ;
-Bebaha Ould Ahmed Youra, le champion des retournements de veste depuis les Kadigine jusqu’au 3 août 2005 ;
-Sidney Sokhona, l’immigré analphabète, acculturé et sûrement converti à l’Anglicanisme pour avoir anglicisé son prénom. J’en connais un bout sur lui pour avoir été pressenti et refusé de servir de « scribe » de ses rapports mensongers sur les droits de l’homme. D’autres s’en sont chargés, pas moi. Ma plume ne saurait écrire deux mots pour cet ignare!
-Mohamed Ould R'zeizim, un ex-ami et cousin maternel dont je n’ai jamais apprécié les compromissions diverses notamment en 1989.
Etc...
Vous aurez remarqué même Taya n’a pas ou plus voulu de la plupart de ces aigrefins sordides.
Etfou bi edhimb elli isstawâdh minnou Ebliss !!’
Traduction : Au diable vauvert, les péchés damnés ou blâmés par Satan !
Avec ces iconoclastes de l’Apocalypse à ses cotés le très flasque et façonnable Sidioca reviendra immanquablement sur toutes ses promesses dont notamment le retour des réfugiés !Sinon pourquoi s’est-il flanqué de Boidiel le négationniste primaire et rustique comme ministre secrétaire général de la présidence, donc premier homme de confiance et "éminence noire" à défaut d’être grise car manquant cruellement de la matière éponyme ?
Et la liste est longue, libre à vous de la compléter à votre guise.
J’ai dit tantôt Sidioca le"pompeur": cf l,interview avec Foucault dit Ould Kaije où il avouait sans pruderie qu’il n’a jamais été à l’abri des fins de mois difficiles que de son temps de ministre de MST.
Donc, vous pompiez lui dit le journaliste ? Et notre idiot d’Idioca de reconnaître sans gêne qu’il n’en est pas arrivé à cette extrémité car, il suffisait de se baisser pour ramasser !
Et d’enchaîner en guise d’excuse qu’il n’a toutefois pas pris tout ce qu’on lui offrait !
Même Boidiel le bouffon et goujat milliardaire n’a jamais osé reconnaître publiquement détenir un khoums ou radis des deniers publics. Il le nie si véhément d’ailleurs qu’il lui est arrivé dans l’un de ses multiples brûlots-démentis de se comparer à Mitterrand injustement vilipendé !
Et un futur président capable de débiter de telles simplicités et niaiseries sur son propre compte aurait dû attirer l’attention sur ses aptitudes à diriger une Nation!
Je ne parle pas de sa malhonnêteté plus à établir depuis son intermède avec MST Taya mais plutôt de ses aptitudes intellectuelles, professionnelles et morales. Quelqu’un qui n’a pas la finesse ou la subtilité d’éluder ou de contourner habilement une question embarrassante manquera sûrement d’étoffe pour gérer une modeste direction à fortiori un pays !!
Et cela n’est pas passé inaperçu aux yeux exercés, ni tombé dans les oreilles sourdes d’un colonel filou et d’une Camora experte dans l’art de la manipulation.
Et c’est pourquoi leur choix s’est tout naturellement porté sur cet individu taillé dans le « kleenex » comme dirait le langage faubourien Nouakchottois.
Donc ,il ne serait guère surprenant que ce président-lierre (le lierre pour les Nouakchottois qui ne parleraient pas le Hassania rural ,profond, c’est une variété de «Lêlende »,plante grimpante nécessitant un support) s’adjoigne maintenant, en juste retour des choses, les « découvreurs de talents et parrains » qui l’ont fabriqué ex nihilo. Un peu comme Céline Dion a épousé son découvreur et manager René, de 30 ans son aîné, pour les amateurs de la diva dont je suis. Il parait qu’il aurait même hypothéqué sa maison pour la promouvoir.
Et c’est exactement ce qu’ont fait les "Stakhanovistes de la concussion" qui eux ne manquaient pas de milliards pour supporter leur "trouvaille "Sidioca!
Un mariage de reconnaissance et de raison.
Sauf que le couple Dion-René gagne laborieusement et honnêtement sa vie, alors que le couple Sidioca-Tayistes n’a d’autres ambitions vraiment que de mettre à sac la Mauritanie tout simplement.
Personnellement, je ne laisserai pas mon peuple se faire tuer de famine et de privations par une bande de malpropres bien connus et identifiés par la communauté financière internationale. Et puisqu’ils ne sont intéressés que par l’argent, je me proposerais avec l’aide de toutes les bonnes volontés disponibles, de faire du lobbying pour renforcer les conditionnalités des institutions financières internationales et des pays donateurs leur serrant ainsi la vis de plus près.
L’argent a toujours été le nerf de toutes les guerres. Et le talon d’Achille de cette engeance est justement le pognon et c’est précisément là qu’on arrivera à couper quelques têtes de l,"hydre odieuse" donc à l’affaiblir relativement. Et l’argent ainsi soustrait à l’appétit insatiable de ces boulimiques ira forcément au bénéfice du peuple affamé et meurtri. C’est aussi simple que le système des vases communicants.
Mais après mûres réflexions et fort des précédents Irakien et Soviétique, je me suis rendu compte qu’il n’y a pas meilleur moyen d’asservir et de tyranniser un peuple que celui de l’affamer (cf embargo sur l’Irak et famine organisée en Ukraine dans les années 30 par Staline).
Donc, je demanderai plutôt un renforcement des conditionnalités quitte à faire supporter par les projets financés les frais de voyage et de séjour des contrôleurs envoyés par les différents sièges des institutions financières internationales et pays donateurs afin qu’elles n’éconduisent pas mes suggestions pour motif d’incidences budgétaires par exemple.
Je demanderai aussi et entre autres
- L’augmentation du nombre des administrateurs de programme chargés de la supervision et du contrôle sur le terrain de l’état d’avancement de l’exécution des projets.
-Assujettissement des décaissements à l’obligation de performances constatables de visu par les administrateurs de programme et autres contrôleurs dépêchés par les sièges à cet effet.
-la réallocation automatique des ressources financières des projets « filous » à d’autres projets plus performants et mieux gérés.
-Avec cette dernière condition les pouvoirs publics seront bien malgré eux amenés à une certaine émulation minimale donc forcément à produire quelques « résultats » tangibles au profit des populations concernées.
Ces propositions de mesures ne sont pas encore exhaustives, il s’agit en fait d’une première et approximative mouture. J’y plancherai plus en détail cette semaine et demanderais donc à ceux d’entre vous qui auraient des idées complémentaires de me les communiquer afin de peaufiner davantage cette idée, à l’adresse e-mail suivante avec garantie totale d’anonymat, préciserai-je :
ballag@web.de.
Dans les jours à venir ,je confectionnerai un modèle de lettre prêt à être envoyé aux institutions financières internationales et pays donateurs comportant en détail les conditionnalités exigées par le peuple et son intelligentsia.
Je mettrai ce modèle de lettre avec les contacts requis des institutions financières internationales et pays donateurs en ligne sur tous les sites et blogs mauritaniens et étrangers qui le voudraient bien.
Ce faisant nous recourons à une procédure bien connue des défenseurs des droits de l’Homme appelée "Action"(Exemples Amnesty international, FIDH etc...)
Et croyez moi ce genre d’actions prend très vite des proportions de boule de neige car même des européens, des américains, des australiens, des asiatiques, des arabes et d’autres africains émus et indignés y prennent part.
J’ai donc de bonnes raisons d’être optimiste, ensemble nous arriverons bien à forcer la main à la Camora néo-Tayiste.
Il suffit de le vouloir et d’y croire, c’est même à portée de main!
Après cela qu’ils s’en prennent donc à mon petit frère qui appartient à une tribu tentaculaire les Leghlal ou à mes petits neveux, je leur souhaite bien du plaisir !

Khalil Balla Gueye

Düsseldorf. RFA


5 mai 2008

Lutte contre le terrorisme Faire participer l’Armée nationale

Publié sur ce blog apres accord de l'auteur Mr Ahmed Jiddou ALY

Il y a presque trois mois, le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et le Premier Ministre Zeine Ould Zeidane se sont livrés à un exercice de communication à usage externe, à travers l’Agence France Presse, pour nier, pour le premier, l’implantation en Mauritanie du réseau Al Qaïda; pour présenter, pour le second, les grandes lignes d’un plan de lutte contre le terrorisme en préparation par les autorités mauritaniennes. Les deux entretiens ont eu lieu respectivement les 8 et 9 février 2008.
La lecture des deux entretiens montre clairement des divergences, au sommet de l’État, dans l’appréciation de la situation créée par les dernières attaques (l’assassinat des touristes français dans les environs d’Aleg, l’attaque d’El Ghallawiya et celle de la boîte de nuit VIP à Nouakchott) et les réponses à y apporter. Ould Cheikh Abdallahi a parlé de «cas isolés» et d’un «phénomène très limité». Pour lui, «il n’y a pas ici une production de gens qui se livrent à ces activités», juste des gens «séduits» et «attirés par un mouvement qui existe à l’extérieur». Ces actions ont pu être perpétrées parce que le «pays est très ouvert et démocratique». S’il n’y a pas eu de réaction présidentielle à chaud, c’est parce que Sidi Mohamed «ne parle pas beaucoup» et n’aime pas juste rassurer par des mots». Selon le Président, il ne faut pas en conséquence exagérer la situation et laisser les recherches des auteurs se poursuivre comme dans n’importe quelle affaire criminelle. Il vient de marteler les mêmes arguments dans une interview accordée au journal algérien Echourough El Yaoumi. La fuite de Ould Sidina, les évènements qui l’ont suivie, le nombre élevé des victimes parmi les forces de l’ordre et les dommages collatéraux sur les citoyens engendrés par les bavures policières n’ont pas permis de secouer le Président dont rien ne semble troubler la torpeur.
En dévoilant les grandes lignes d’un plan de lutte contre le terrorisme, le Premier Ministre semble au contraire reconnaître la gravité de la situation. Il admet explicitement qu’il existe un terreau favorable à l’éclosion du terrorisme. Son gouvernement, a-t-il dit, «insistera en particulier sur le volet préventif, donnera de nouveaux espoirs aux populations jeunes, agira avec toutes les forces politiques, tous les imams, tous les oulémas de façon à mettre toute la population mauritanienne en bloc contre le terrorisme». L’ambition de Ould Zeidane n’est pas moins que d’immuniser «tous les Mauritaniens contre toute forme de recrutement par les groupes extrémistes». Zeine a révélé que «les services de renseignements seront revus» et qu’il y a «un travail accéléré du gouvernement pour repenser le système dans son intégralité et faire en sorte que la Mauritanie reste un pays sûr».
Des deux entretiens, c’est celui du Premier Ministre qui apporte le plus d’informations et va dans le sens attendu par nos partenaires, particulièrement ceux dont les ressortissants ont été les victimes des attaques et qui se trouvent être nos premiers bailleurs: plus de fermeté envers les terroristes, plus de moyens pour la lutte contre le terrorisme, coopération avec toutes les nations engagées dans cette lutte. Avec ce plan, le gouvernement de Ould Zeidane est sur la bonne voie. Les derniers développements de l’affaire Ould Sidina lui donnent malheureusement raison contre le Président. À quelque chose d’ailleurs, malheur est bon: la fuite de l’un des accusés dans l’assassinat des touristes français a permis de se rendre compte de l’existence de cellules terroristes actives dans notre pays. Ils seraient une centaine de «Djihadistes» prêts à entrer en action et déterminés à en découdre avec l’État mauritanien, le cas échéant et de la pire manière. La découverte d’un stock d’explosifs et du matériel pyrotechnique dans l’une de leurs caches est la preuve que des attentats sont dans leur programme. Le terrorisme est installé durablement dans le paysage mondial en général, et mauritanien en particulier. Pour être efficace, tout plan de lutte contre ce phénomène devra prendre en compte la sécurisation de la zone nord-est du territoire national.
Sécuriser la partie mauritanienne du Bassin de Taoudenni
La zone nord-est du pays est un véritable «no man’s land» que l’État mauritanien n’a jamais contrôlé de façon effective, de 1960 à nos jours pour des raisons de moyens et surtout d’unitilité! Cette zone du Bassin de Taoudenni forme un arc de cercle dont les contours vont de Cheggatt à la pointe nord-est du pays jusqu’à Zoueina dans la Moughataa de Bassikonou, en passant par El Mreïti (Lemghaïti actuel), El Ghallawiya, Ouadane, Tichit, Aratane (zone d’attaque en 1999 du rallye Paris-Dakar), Walata, N’Khaïlé et Tweiva. D’anciens puits sont situés dans cette zone comme Bir Amrâne, Bir Toueïrezt, Bir Z’reigat, Bou Jertala, El Mrâyer, El Mezereb, Oglat H’Meidrat, Oglat El Ferguig et Mejaouda où d’anciennes ruines d’un Borj colonial sont toujours debout. La zone en question a été délaissée parce qu’elle ne présentait aucun intérêt économique ou stratégique et elle a toujours été signalée sur les cartes comme une zone non habitée.Pourtant, l’histoire proche de notre pays aurait dû pousser nos gouvernants à lui prêter un peu plus d’attention. Au cours de la guerre du Sahara, la fréquence avec laquelle des villes comme Ouadane, Chinguitty, Tidjikja, Tichit, Oualata, Néma et Bassikonou furent attaquées par le Polisario, laisse penser qu’il avait établi des bases logistiques dans cette zone distante de Tindouf de plusieurs milliers de kilomètres. Comme par hasard, ces villes se situent à la périphérie de la Mauritanie utile. La rébellion malienne y a établi des zones de repli dans les années 90. Elle y a développé, la première, un trafic de cigarette pour assurer son financement. Ce trafic touche aujourd’hui, en plus des cigarettes, la drogue et les armes. C’est ce trafic, en plus des prises d’otages, qui assure à Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) une relative autonomie. Et l’un des hommes qui contrôle ce trafic n’est autre que le tristement célèbre Belaouar, commanditaire de l’attaque de Lemghaïti et probablement de El Ghallawiya. Il faut savoir qu’il existe deux circuits identifiés par lesquels passe ce trafic. Le premier passe par Bassikonou, Fassala et Borj Moktar, le deuxième va de Nouakchott, traverse la région de Zouérate et arrive aussi à Borj Moktar. La charge d’une Toyota rapporte aux trafiquants sept millions d’ouguiyas par voyage. Toutes les Toyota utilisées dans le cadre de ce trafic ont été modifiées pour transporter le maximum de carburant leur permettant de faire 2.000 kilomètres sans escale! Comme on le voit, les trafiquants sont très bien équipés et connaissent le terrain où ils sont probablement les seuls à circuler…librement! Mais l’intérêt pour cette zone commence à grandir à cause des prospections pétrolières. Celles-ci sont encore localisées à la limite de la Mauritanie utile. Pour que les sociétés de prospection aillent au-delà, l’État devra prendre l’initiative de sécuriser, de façon permanente, toute la zone aux confins des États du Mali et de l’Algérie et non pas détacher ponctuellement une unité de l’armée pour leur sécurité rapprochée comme il le fait actuellement avec Total et Repsol.
Les arguments pour une sécurisation permanente
Comme il vient d’être dit, le statut de cette zone est en train de changer avec la venue de grandes sociétés pétrolières dont certaines ont déjà signé des contrats de partage de production avec l’État mauritanien. C’est le cas des compagnies Repsol (prospection au Tagant) et Total (prospection en Adrar et Tagant). Plusieurs attributions de blocs, toujours dans cette zone, ont été faites notamment à Wintershall (Australie) au Hodh Charghi et en Adrar, BMV au Hodh Charghi et Tagant et Hi-Tech au Hodh Charghi. Selon les données déjà en possession de ces compagnies, les recherches pourraient être prometteuses.Un autre argument pour sécuriser au plus vite et de façon permanente cette partie du territoire national, c’est la venue, selon Madame Cissé Mint Boydda, directrice du Tourisme, à la fin de l’année 2008, de deux rallyes Raid dans notre pays. Le premier sera la troisième édition de la «Trans Africaine Classic», épreuve fondée par un ancien patron du Dakar, Patrick Zaniroli. Elle partira de Paris le 1er novembre et arrivera à Dakar le 29 novembre 2008. Le deuxième rallye-raid, organisé par le tour-opérateur français New Gate Travel avec des épreuves en boucles autour d'Atar, doit avoir lieu en même temps que le prochain Dakar prévu début 2009 en Amérique du Sud. Le troisième argument qui justifie la sécurisation de cette zone a été formulé dans une étude initiée par la Direction de l’Aménagement du Territoire et de l’Action Locale en février 2008 et qui s’intitule «Paramètres d’un Redécoupage Communal Appliqués à la Wilaya du Hodh Charghi». Les auteurs du rapport, Messieurs Brahim Ould Abdelkader (économiste), Isselmou Ould Abdelkader (spécialiste de l’Administration Territoriale) et Moustapha Ould Oleidhoum (cartographe), estiment qu’il y a avantage de quadriller le territoire national en y plaçant, «surtout dans les zones reculées qui échappent au contrôle, un œil de l’État (…)» dont l’absence dans ces contrées est devenue dangereuse. Ils ajoutent «qu’en plus des considérations qui précèdent, la wilaya du Hodh Charghi longe 75% de la frontière séparant la Mauritanie et le Mali et se situe au point de contact des deux parties d'un immense no man's land sous régional où sont en train de fermenter tous les ingrédients de l'insécurité et de l'instabilité des États riverains».Ils avertissent enfin que même s’il «est peut être déraisonnable de comparer le Hodh Charghi à l'Azawad», il n’en reste pas moins qu’«en l'absence prolongée d'un encadrement de proximité des populations de la zone de Tilemsi (moughataa de Néma et de Bassikonou) et du Dhar, on ne pourrait absolument écarter la probabilité à moyen terme d'un effet de contagion, facilité par l'interpénétration des tribus et la similitude du relief, des problèmes et des réflexes culturels des populations de part et d'autre de la frontière. Cette possibilité doit faire peur aux États concernés, dans le monde actuel où les impératifs sécuritaires d’autres plus puissants, font disparaître sans hésitation les repères ethniques et juridiques sur lesquels repose la pratique et les principes du droit international».Même si la comparaison de la situation actuelle du Hodh Charghi avec l’Azawad est, de l’aveu même des auteurs du rapport, osée, il n’en reste pas moins que leur conclusion est pertinente: « Aujourd'hui, dans ce no man's land particulièrement préoccupant, l'enjeu sécuritaire est devenu plus évident, étant donné la présence permanente ou sporadique de groupes terroristes qui menacent gravement la sécurité des États et des populations des pays riverains du grand sahara.»
Revoir la carte des implantations militaires
La sécurisation de cette zone donnera l’occasion à nos forces armées de défendre l’intégrité du territoire national puisque c’est à elles logiquement que devra revenir cette mission dans le cadre de cette stratégie de lutte contre le terrorisme. Tout aussi logiquement, l’exécution de cette mission devra entraîner des changements dans la perception par l’État major de l’origine de la menace qui ne vient plus désormais du sud, si jamais elle en venait, et sur la carte des implantations militaires. En effet, le problème des réfugiés allant vers son règlement, la présence des unités militaires dans la vallée n’a plus sa raison d’être. Assimilées à une armée d’occupation par une grande partie des autochtones, et agissant souvent comme telle, leur retrait ne peut que soulager ces populations d’une présence qui les a étouffées des années durant. Le Tagant ayant pris de l’importance avec la prospection pétrolière, la région devra abriter une Région miliaire (RM). Pendant la guerre du Sahara, la 4ème Région militaire y était implantée. Il n’est pas besoin de créer une nouvelle structure car il suffit d’y affecter l’une de celles existantes: la 6ème RM de Nouakchott dont l’implantation dans la capitale ne répond à aucun besoin stratégique et dont le rôle a souvent été la défense des régimes militaires successifs ou l’organisation de coups d’État; la 4ème RM basée à Sélibaby; ou tout simplement le déplacement du siège de la 7ème RM, dont dépend le Tagant, à Tidjikja. Les trois régions militaires qui seront en première ligne (la 3ème RM en Adrar, la 5ème RM au Hodh Charghi et celle du Tagant ainsi créée) devront être renforcées en matériel (notamment en aéronefs de reconnaissance) mais aussi en hommes afin de permettre à leur commandement d’assurer une rotation des troupes engagées, au minimum tous les trois mois.Il restera à accompagner cette action par une intensification de la recherche de l’eau dans cette zone dont le manque a été le premier handicap de l’opération montée par l’armée pour rechercher les auteurs de l’attaque de Lemghaïty. La mise en valeur des ressources en eau de cette zone, et particulièrement l’exploitation de la nappe du D’Har, incitera les populations nomades à se fixer autour des sondages ainsi réalisées, permettra de mieux les contrôler et de les faire bénéficier des services de base que l’État pourra enfin mettre à leur disposition.
Ahmed Jiddou ALY

3 mai 2008

Le dernier des chauffards


Cet article a été publié sur mauritanie-net au mois de mars 2006 le jours du congrés du conseil de l'ordre des médecins mauritaniens





"Tant de choses ne valent pas d'être dites. Et tant de gens ne valent pas que les autres choses leur soient dites. Cela fait beaucoup de silence."Montherlant



Tous les conducteurs de notre pays se sont réunis ce mercredi pour parler du code de la route, de la morale et de l’éthique au volant. Oui, on a parlé d’éthique au volant, pour interdire l’ interruption volontaire de conduite (IVC), la greffe de carte grise et les naissances hors mariage. Tout en condamnant, conduire sans Permis de conduire. On a aussi parlé longuement des chauffeurs hyper spécialisés avec des permis types B et C et surtout de ce fameux conducteur de charrette qui veut coûte que coûte conduire un camion. Et qui entretient des relations très douteuses avec des vrais conducteurs, en s’échangeant des passagers et des correspondances.

Cette réunion, pourtant, qui au départ etait sensée être didactique a heurté la sensibilité des chauffards qui ont rejoint le groupe, munis de leur fameux permis de conduire pour défendre leur droit de conduire selon leurs goûts et leurs revenus. Ils se sont engueulés avec leurs collègues dans une ambiance bon enfant pour un simple problème de panneau de signalisation. Oui, cette étrange invention des blancs, qui hante notre quotidien de bédouin anarchique. Parmi les conducteurs il y a même des militaires haut gradés, ils se distinguaient par la couleur de leurs gallons et leurs tenues de l`aprés 3 août. Certains ont acquis une soudaine autorité, une aura et un charisme post 3 août. Pour se permettre et sans aucune gêne de venir donner des leçons de conduite, à des jeunes qui n’ont jamais brûlé un feu en privé ou en public. Pendant qu’eux touchaient, révisaient le contenu de leur réservoir sur la voie publique et sur des aires d`autoroute à péage.

La salle s’est émue par le témoignage d’un intervenant qui a attiré notre attention en disant « Mes collègues se précipitent souvent dans les carrefours, et quand le conducteur prudent que je suis s’avance, il se fait rapidement rappeler à l'ordre par des chauffards à force de klaxonnements furibonds, jusqu'à ce que finalement, à moins d'être un saint, tout le monde devient un chauffard kamikaze.»

Les questions qui ont chauffé la salle étaient :

1- Faut-il introduire des primes d’assurance ?

2- Pourquoi Les permis de conduire sont-ils octroyés trop facilement ?

3- Les nouveaux conducteurs ne devraient-ils conduire que des voitures bridées pendant une période d’essai?

4- Et que penser des personnes âgées, qui parfois, comme le montre une étude récente, peinent à se concentrer sur le trafic? [1]

Après avoir fait le tour de toutes les questions, dans cette ambiance très confraternelle, entre les bons conducteurs et les chauffards qui ont occultés tous les signes ostentatoires de tribalisme, de régionalisme, et de sectarisme pour se mélanger afin de désigner le nouvel ordre garant du code de la route sur de véritables bases saines.

Enfin, on a fermé les journées, plan par plan, en choisissant, de la façon la plus démocratique, notre ordre dirigé en majorité heureusement par les chauffards pour leur laisser le temps d’apprendre et de pratiquer ce fameux code de la route avant qu’il ne subisse le triste sort du code de la déontologie médicale, dont je n’ai pas le courage d’en parler.

Dr KLEIB ahmed salem

PS : cette réunion est une fiction toute ressemblance avec : le congrés du conseil de l'ordre des médecins mauritaniens ou avec un évènement , une personne existante ou ayant existée n’est que fortuite.

1 mai 2008

Quel horreur!


Quelle déception pour la blogosphère mauritanienne. Apres la disparition du site TAQADOUMY, la mise en garde du gouvernement à la télévisions aljazeera, l'auto censure de la presse imprimée qui est "subventionnée par l'Etat et les hommes d'affaires via la publicité" et les procès intentés à certains peshmergas par BOUAMATOU et KHATOU, nous assistons ces jours à un recul des libertés et une régression intellectuelle. La seule voie discordante audible en Mauritanie reste les blogs comme outil de prédilection pour mener à terme ce combat de libération et de démocratisation de notre société. la seule image à retenir de cette année Zero de la démocratie est cette blogosphère mauritanienne qui fait de la résistance face à l'émergence des inégalités au sein de l'armée qui adopte et impose des lois même à un président "élu-importé" à la Hamid Karzaï, sans TVA . il suffit de se souvenir du conseil des ministres du 27 mars 2008 qui a adopté sans sourciller :"ce Projet de décret abrogeant et remplaçant les dispositions des articles 10,11, et 24 du décret 64/134 du 3 Août 1964 fixant l'avancement des Officiers de l'Armée Nationale, les conditions d'admission des officiers de réserve dans l'Armée Active, les limites d'âges des officiers. " Ami . Cette décision présidentielle dictée en haut lieu, qui est à l’origine de la naissance prématurée au FORCEPS de trois généraux « vaches sacrées »risque d’être à l’origine de querelles militaires intestines ;
Puis les conseils des ministres se suivent et se ressemblent, personne ne fait attention à ce que décide cette réunion incestueuse. La presse locale se contente d' informer sans expliquer les dessous et sans investigation. Des permis de prospections à des sociétés qui battent un pavillon de complaisance mauritanien «rabatteuses ou proxénètes" classées dans le secteur informel et qui ne rapportent rien au tresor public!. Nous Voilà enfin sous l’ère de la démocratie où une poignée, d’opportunistes, de fossoyeurs, de conspirateurs et de félons, est à la commande de l'Etat qui n’écoute que les discours réconfortants et élogieux.
La dernière tragédie du dernier conseil des ministres mauritaniens, qui à mon avis dépasse en horreur "l'affaire de cet Autrichien qui a avoué avoir séquestré et violé sa fille durant 24 ans, dans un sous-sol et avoir eu avec elle des relations incestueuses ayant donné naissance à sept enfants," est la nomination Au poste de nouveau directeur de l’emploi ,du Dr. Abdallahi Ould Mohamed AWAH,Professeur d'Economie à l'Université de Nouakchott, dans un pays en crise économique fragilisé par le terrorisme, la violence urbaine et la famine.

On le sentait venir depuis depuis quelques semaines." il avait le profil et le talent." il multipliait les déclarations et les fausses analyses par ci par là. Bref Il était devenu subitement envahissant sur cridem sur d'autres sites et d'autres supports médiatiques. Il a fait sensation lors de ses dernières sorties élogieuses pour soutenir le discours d'épicier du président Ould Cheikh Abdallahy " discours économiquement irréalisable" et politiquement indéfendable. Dont j'ai mis en ligne sur mon blog son article volé-plagié. Qui a été vite supprimé de CRIDEM suite à la demande l'auteur plagiaire ? Ou suite à la protestation de RFI? (dont deux articles ont étés plagiés par ould awah!!) la derniere piste semble la plus credible. Quelle déception pour la blogosphère mauritanienne après Tous cet effort pour éviter l’émergence de la médiocrité et lutter contre l’ascension des malhonnêtes, des corrompus et des marchands d’illusions, les mêmes qui ont fabriqué tous nos dictateur.


Dr kleib

citoyen dégouté et sans doute pas le seul

PS: les mots soulignés dans le textes sont des liens hypertextes pour accéder à chaque référence

le dossier de plagiat est clos

billet Reloaded ce jour 1 mai 2008

le dossier de plagiat est clos suite à la modification apportée à cet article. Tous les articles à ce sujet et les commentaires ont été archivés pour montrer la bonne foi de la blogosphere mauritanienne qui s'est mobilisé ici et sur cannalh et sur d'autres sites
cridem voici le lien .








je remercie personnellement tous ces internautes bénévoles de Mauritanie et d’ailleurs qui se sont mobilisés pour lutter contre le plagiat communément appelé « chez nous l’OMISSION INVOLONTAIRE de citer la référence et l’auteur. »
Quoique dès lors que le blog ou le site internet est accessible en Europe, l'infraction est supposée commise sur le territoire européen et passible de poursuite dans n’importe quel pays de l’Europe.
Je tiens à rappeler certaines définitions juridiques pour ceux qui ne savent pas : L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous.
La loi sur le code de propriété intellectuelle permet d'utiliser une œuvre divulguée, et ce sans l'autorisation de l'auteur, dans le cas des représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ; « que j’avais cité une fois sous le terme plagiat dans sa cuisine ». Par contre la loi est assez claire en cas de publication blog, site internet, journal, il faut répondre à l'obligation de nommer l’ auteur de l’œuvre et les références, dans les situations suivantes : Les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées ; Les revues de presse ; etc. … http://www.legifrance.gouv.fr/


Dr kleib