pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

29 février 2008

Nouvelle croisade : de Washington au Vatican, en passant par le Danemark. Faut-il répondre à la provocation ?

[En toute franchise] Par le Dr. Seydna Ali Ould Zeidane.

Souvenez-vous que la première réaction de Gorges W Bush après le 11 septembre est que la guerre qu’il se préparait à mener était "une croisade". Même si c’était là l’inconscient qui parlait et que leprésident américain avait retiré ensuite cette phrase, elle reflète pourtant la réalité actuelle.L’administration américaine et ses alliés ne sont-ils pas en guerre contre l’islam sous le pseudonyme de la guerre antiterrorisme ? Monsieur Bush qui ne laisse passer ces jours ci aucune occasion sans incriminer le prétendu "fascisme islamique" ne sait pas que le fascisme est une doctrine née à Rome berceau du christianisme occidental, ville où se trouve le Vatican. Les déclarations de Benoît XVI, en septembre 2006, ne sont pas étrangères à cette guerre. Elles constituent la couverture spirituelle de cette guerre larvée anti-islamique. J’ai une question à poser au pape qui accuse l’Islam d’agressivité : les croisades étaient-elles des campagnes pacifiques ? Quand on sait que la majorité de ces campagnes étaient faites sous des papes qui se prénommaient Benoît, on comprend facilement pourquoi il a choisi ce prénom et pourquoi il a fait ces déclarations malencontreuse citation d’un des derniers souverains byzantin assiégé dans sa ville de Constantinople (Istanbul actuelle) et sur le point de perdre son trône. Ou bien Sa Sainteté le pape avait-il oublié les tribunaux de l’accusation pourjuger Constantinople (Istanbul) "les hérétiques" chrétiens et les"mécréants" musulmans et juifs après la chute de l’Andalousie. Ces tribunaux qui ont tués plus de deux cent mille (200.000) musulmans et juifs et avaient converti au christianisme, par la force du fer et du feu, centmille autres. Qui avait brûlé les bibliothèques Grecques et celle d’Alexandrie ? Est-ce là la raison ? Est- ce là la tolérance ? Si l’on revenait un peu en arrière à Rome et après que l’occident ait adopté, officiellement, le christianisme au 4ème siècle après la conversion de l’empereur, peut-on imaginer ce qui peut se passer en 4 siècles. Comment peut-on expliquer qu’il y a actuellement plus de 70 bibles différentes. Et si “Davinci code” était une réalité (mensonge que je réfute), c’est que l’église catholique a été bâtie sur un mensonge. Quant aux nuisances en provenance du Danemark ils seraient des faits d’inconscients. Non la reine du Danemark avait fait elle-même des déclarations en 2004 et 2005 nuisible à notre religion et notre saintprophète (paix sur lui). Elle a été suivie en septembre 2005 de caricatures qui ont suscité des réactions du monde musulman avec un boycottage partielde produits danois. Les faits de novembre 2006 sont plus graves puisqu’elles présentent le saint prophète Mohamed (paix et salut soit sur lui) comme un chameau ivre ou un terroriste ivre. Elles sont plus gravespuisque cette foi-ci c’est la télévision officielle danoise qui a diffusé ces caricatures et non un journal indépendant. Actuellement trois personnes « qui représentent pas les musulmans » ont étaient accusées de vouloir assassiner l’artiste qui a fait ces caricatures et ça a déclenché une réaction inapproprié 15 journal danois ont repris ces caricatures au nom de sa majesté « la liberté d’expression ». imaginé que j’insulte une personne dans un journal et je dit que c’est la liberté d’expression. D’autre part afin de répondre à trois personnes, il fallait blesser 1 milliard de musulmans. Si comme on nous le dit les nuisances danoises sont les travaux d’inconscients, Gorges Bush et Benoît XVI ne sont pas des inconscients. Malheureusement ou heureusement pour nous, nous ne pouvons être complices d’attaques contre le Christ (paix sur lui) puisque nous le vénérons en tant l’un des prophètes d’Allah. A mon avis il faut ignorer ces attaques et elles vont se désintégrer tout seul. En attendant nous ne pouvons que dire « s’il vous plait cessez de vous attaquer à notre religion et à notre Prophète ».

Par le Dr. Seydna Ali Ould Zeidane.

chirurgien à nouakchott et auteur

18 février 2008

Va-t-on vers une guerre civile en MAURITANIE?



Va-t-on vers une guerre civile en Mauritanie?


26-02-2008 journal le calame

Si nul ne peut prédire l'avenir, les événements tragiques récents, la montée en puissance des extrémismes – quelqu’ils soient, quelqu’en soient les apparences et dessous de table –, un an de pouvoir calamiteux, la baisse du pouvoir d’achat, la pauvreté galopante, tous ces ingrédients semblent composer, à s'y méprendre, le cocktail originel des conflits africains de ces dernières années, en Afrique de l'Ouest en particulier. Une question vient dès lors à l’esprit : va-t-on vers une guerre civile en Mauritanie?

La situation du pays se résume ainsi : d’un part, misère extrême et souffrance sociale quasi endémique, citoyens excédés, économie brinquebalante, le tout sur fond de braderie des ressources naturelles de la nation. De l’autre, ministres gérant leur(s) portefeuille(s), hors de tout compte envers l’Etat et le peuple; élus de ce dernier, sourds et muets; militaires puissants et intouchables; barons de la drogue en toute quiétude ; islamistes ou soi-disant tels semant la terreur. Cerise sur le gâteau, voici les dinosaures de l’ancien régime «revenus» en force – étaient-ils jamais partis? – usant de tous les moyens et subterfuges pour user la corde – jusqu’où? – préserver leurs privilèges déments et durer, durer – jusqu’à quand?A l’ère de la fée-démocratie, les injustices multiples persistent et signent le quotidien des mauritaniens. Voilà de quoi aviver la flamme de la violence. Qui se souvient de la Mauritanie d’il y a vingt ans, à peine, pacifique et humaine? La Mauritanie d’aujourd’hui vit à l’ère des médias, à l’image du monde environnant, cruelle et inhumaine, informée tout aussi instantanément de l’assassinat d’un enfant dans un attentat à Islamabad ou au cours d’une «incursion» israélienne, que des dernières malversations de la raffinerie de Nouadhibou dont l’Etat semble protéger les responsables. Nous voilà en pilotage automatique, il n’y a pas de pilote dans la cabine, pas de leader charismatique et fédérateur. La molle attitude du gouvernement lors des tristes événements d’Aleg, de Ghallaouiya et de Nouakchott témoigne d’un certain amateurisme et d’une incompétence qui risquent d’accélérer sa déchéance : une révolte populaire? Militaire? Une guerre civile? Tous les conflits meurtriers ont ainsi commencé : un différend tribal, idéologique ou politique sur fond de crise socio-économique, le tout bien instrumentalisé par des médias complices. Demandez aux libériens, sierra léonais, rwandais, ivoiriens, congolais et autres tchadiens quelles satisfactions ont-ils tirées de leur guerre fratricide. Sinon des cadavres dans les rues, des enfants mutilés, des orphelins, et des populations déplacées par les horreurs d’une guerre aveugle et barbare. Ce désastre humain qui s’esquisse sous nos yeux, aurons-nous assez de sagesse – un brin y suffirait – pour l’effacer, l’expédier, sans plus attendre, au rayon des songes chimériques? Imaginez un peu. Nouakchott, huit heures du matin, odeurs de poudre et de sang, cris d’agonie. Files interminables de fuyards, à pied, en charrette, sur des ânes, accrochés aux portières de voitures surbondées, en route pour l’exil vers la région la plus proche, le Sénégal. Même désolation à Nouadhibou, les gens courant vers le Sahara occidental. Maisons en flamme, voitures calcinées, et des cadavres, partout, gisant dans la plus totale indifférence d’enfants armés jusqu’aux dents. Cauchemar. A tout cela, une seule véritable cause : l’injustice. Cette pratique quotidienne, odieuse, d’une minorité vivant dans l’opulence ostentatoire, insolemment affichée, pendant que d’autres croupissent dans la misère et l’ignorance. Vous sentez-vous choqués par ce discours effroyablement pessimiste? Prenez, en tout cas, le temps d’y réfléchir et que ce soit – je l’espère ardemment – son unique avenir…La «démocratie homéopathique» – on en rirait si ce n’était si triste – est une déception majeure, douloureuse, insoutenable. Le président actuel est devenu la vivante incarnation d’un homme sans pouvoir et sans personnalité, spectateur d’une dramaturgie politique où chacun des acteurs politiques joue – à merveille, hélas ! – son rôle destructeur.Quant à son premier ministre, parachuté à la tête du gouvernement le plus anarchique de l’histoire de notre pays, est-il en mesure de faire face à tous ces défis? Ou devrait-il démissionner, au plus tôt, dans l’intérêt suprême de la nation et de l’intégrité du pays? De nouvelles élections? La Mauritanie a besoin d’un homme d’avenir et non d’un homme du passé. Un vrai gouvernement collégial, de consensus national, véritablement au-dessus des clivages communautaires et idéologiques? Ce pays sans développement ni démocratie ne demande qu’une bonne volonté, un peu de rigueur et de fermeté. Il faut se ressaisir tant qu’il est temps. Sinon, l’éclatement nous guette; affaire de jours, de semaines, peut-être de mois. Démesurément pessimiste ou lucidement optimiste, ce que je ne veux surtout pas, c’est la guerre, l’infâme, la faucheuse. Aussi fais-je appel à la prévention de cette maudite, car je veux un seul peuple, une seule nation, un peuple uni dans sa diversité, dans le respect de la constitution rédigée par les militaires que j'ai, pourtant, dénoncés en 2006, des lois et des intérêts du pays. Aidons-nous, mauritaniens, et le ciel nous aidera!

Dr KLEIB ahmed salem

pour lire l'article original voir le journal LE CALAME de ce jour 26- fevrier 2008

13 février 2008

Histoires de fossiles

C’est ça la Mauritanie

LE CALAME n°557 11 Octobre 2006

« Quand on est chef de gouvernement on ne peut pas dire la vérité ;

on ne la dit jamais. Gouverner c'est mentir.» JEAN GIONO


Quand j’ai entendu le mot fossile sortir de la bouche du président du CMJD et chef de l’état lors de son interview sur RFI, j’ai dû rincer ma mémoire ramollie ces derniers temps par les dictatures, les coups d’états, les coups bas et les candides indépendants pour recueillir la définition des mots fossile et fossilisation. Ceci de peur de sembler bien maladroit dans ma démarche, entre la soumission servile et la prétention didactique. Car Je n’ai ni la didactique d’un Yvan Amar dans «la danse des mots» ni la sémantique d’un Bernard Pivot dans sa célèbre émission «apostrophe».

Tout est parti d’un mot : «fossilisation». Utilisé à bon escient, bien sûr, par notre chef d’état pour désigner nos partis politiques. Ce mot a pris la place de la rage (autrefois attribué aux chiens afin de les tuer). De nos jours, qui veut tuer son parti le qualifie de fossile. Justement un fossile se définit comme la «conservation dans le sol ou la roche d'un organisme après sa mort par différents processus chimiques et physiques», ce qui suppose que les partis traditionnels traités de fossiles sont déjà morts et enterrés, Kapout dans le jargon militaire, fini. En d’autres termes, les politiciens que nous croisons tous les jours sont des politiciens morts et pétrifiés. Il ne faut pas leur en vouloirs, ni pour leur programme politique ni pour leur honnêteté. Depuis quand juge-t-on un mort ? que son âme se repose en paix.

Si notre paysage politique est morose c’est à cause de l’absence d’une vraie volonté militaire de démocratie d’une part, et de l’autre de l’ambition insatiable de nos politiciens zombies et véreux. Pour ce qui est de la fossilisation, il faut que l'animal ou le végétal soit soumis à des conditions particulières peu de temps après sa mort et avant que les organismes décomposeurs n’entrent en scène, telles les bactéries, ou bien tout simplement divers charognards et Insectes. Dans mon imagination de bédouin, le prédateur à cette époque-là (celle des fossiles) était le dinosaure, qui doit être le méchant. Je l’imagine grand de taille avec un cerveau terriblement petit pour son corps, poilu et moustachu, et qui a fini par disparaître de la terre.

C’est ainsi que la plupart des organismes ont été protégés par un enfouissement rapide dans les sédiments, principalement d'origine aquatique, tel des argiles ou des sables. Donc comme nos brillants politiciens n’ont pas eu la géniale idée, après le 3 août, d’éviter leur décomposition en s’incrustant dans les sédiments militaires. Ou, plus simplement, n’ont pas eu la capacité d’évoluer et de s'adapter au changement. Il est légitime que le chef de l’état dans un souci de pure conservation ait appelé à la candidature indépendante, histoire d’enterrer des fossiles. Histoire aussi de dire qu’il n’a jamais été dans le système. Nous avons d’un côté un chef d’état au-dessus de la mêlée et, de l’autre, des chefs de tribu hors de tous soupçons qui se sont se sont rencontrés au palais présidentiel. Les derniers affirment que le premier les a incités à se présenter aux prochaines élections en indépendants. Information vite démentie lors de son escapade française à travers cette opération de charme d’un président qui veut garnir son album photo et son carnet d’adresses (est-ce nécessaire pour quelqu’un qui va partir dans cinq mois?). Le démenti formulé à propos d’un possible soutien des militaires pour les candidatures indépendantes nous ramène à l’histoire de ces deux messieurs, seuls dans l’ascenseur, qui ont senti une mauvaise odeur et qui se demandent d’où ça vient.

Ceux qui détiennent le pouvoir (je ne parle pas des 13 colonels et du gouvernement à usage unique) ont déjà mis en route un processus qui leur permettra de se protéger de l’après transition. La transition est un échec, si nous allons nous retrouver avec les mêmes élus de l’avant 3 août sous le drapeau indépendant. C’est toute notre conception de “ la démocratie ” qui s’en trouve donc affectée. Fini l’espoir de voir une Mauritanie où le citoyen lambda ne doit pas se soucier de son avenir politique hypothéqué par des élections. Où il ne doit pas avoirs des soucis si le président est du nord ou du sud, noir ou blanc. Parce que nous avons une constitution qui nous garantit nos droits d'Homme et de Citoyen. Enfin je hais cette recherche (de) béatitude terrestre que l’actuel chef de l’Etat veut à tout prix et que je sois pendu si on l'accepte.

Chronique du Dr. KLEIB Ahmed-salem


10 février 2008

On est d'accord ?

Je viens de découvrir tardivement la réponse de monsieur Ould mokhtar grâce à la magie de google cliquer ici pour lire ould mokhtar , Suite à la parution dans le journal Le Calame du 7 décembre 2005, de mon article cliquer ici pour le lire « Tirez le rideau, la farce est jouée »
Avant de vous le livrer intégralement permettez moi de vous expliquer Pourquoi je le mets en ligne en ce moment tout simplement parce que :
1- j’ai trouvé le ton du texte sincère, respectueux et plein de conviction (ce qui facilite un débat d’idées et une confrontation intellectuelle constructive.
2- Je voulais me faire pardonner de ne pas avoir lu ce texte qui a sommeillé plus de deux ans sur d’autres forums et blogs que je ne fréquentais pas.
3- on peut ne pas être d’accord avec quelqu’un sans vouloir le trucider.

Je rappelle un peu les circonstances de la publication de mon article. les médecins mauritaniens sont devenus par enchantement du jour au lendemain la cible d’un lynchage médiatique deux ou trois mois après les coups d’ETAT. Cette sur médiatisation serait elle le fait d’une Coïncidence ou d’une diversion ? Quand Les citoyens se sont ligués contre nous médecins, Ma réaction immédiate fut d’écrire ce papier sans oublier que j’ai toujours était critique même en vers mes collègues dans d’autres circonstances.

voici le texte de monsieur OULD MOKHTAR
Cher Dr. Kleib,
Sans vouloir polémiquer autour du rendement de notre corps médical et encore moins, assister à un événement du genre « post-farce » que vous décrivez, je voudrais vous faire calmement les quelques remarques suivantes, tant le débat sur la question est récurrent en Mauritanie.Je pense intimement qu'aborder le rendement de nos médecins, de nos enseignants, de nos journalistes, de nos halieutes, de nos agronomes, en vase clos, relève de la subjectivité et de l'impertinence.. Je dirai qu'il s'agit d'une question de « job public », de fonction publique si l'on veut.. A partir de là, il devient arbitraire de se focaliser exclusivement sur l'une ou l'autre des professions.Vous m'excuserez Docteur si je souligne ma divergence avec vous lorsque vous dites « Parmi toutes les institutions, la santé est le seul secteur dont nous devrons être fiers, le seul secteur où desrésultats satisfaisants ont été notés »..Non, tout le monde sait que les services de santé sont encore médiocres dans ce pays, exactement à l'image des services scolaires et universitaires, des services d'élevage, des services agricoles,des services d'adduction eau potable, les services municipaux, les services d'assainissement, les services routiers, les services de transport, les services administratifs, les services bancaires, lesperformances judiciaires, même les prestations de nos poètes sont devenus on ne peut plus médiocres (sur le légendaire million de poètes ! ) et je peux continuer encore plusieurs et plusieurslignes !Chaque service ou secteur a ses maux, Docteur Kleib et laissez moi à présent, vous énumérez quelques maladies de la Santé dans notre pays. Par maladies, j'entends et les germes et les manifestations, c'est-à-dire dans votre jargon l'étiologie et la symptomatologie.Nos médecins mauritaniens sont sous payés avec une moyenne de 42 KUM et doivent chercher par conséquent à « arrondir les angles » pour s'en sortir avec leurs familles. Cela n'est pas de nature àaméliorer le rendement. On est d'accord ?Les milieux hospitaliers ou ce qui en fait office, font face à un manque criant de consommables et de réactifs de première nécessité, rendant illusoire toute pratique médicale efficiente et à tempsréel. On est d'accord ?Les équipements et le matériel sont on ne peut plus vétustes et quasiment mal entretenus.. Tout cela conjugué à l'inadaptation des affectations, consécutive au manque de planification et de suivi.Prends cet exemple, dans le très respectable CHN, il n'existe que 2 bouteille d'oxygène à partager entre le service Réa et le service Cardio.. Qu'est ce qu'on dit si l'on apprends qu'une bouteilled'oxygène coûte 9000 UM sur le marché ? On est d'accord ?Il n'existe au CHN qu'une seule ambulance. Elle est de type Nissan blanche et pour être descriptif, elle démarre très difficilement et est meublée à l'intérieur par une civière de couleur orange quiporte énormément de sang coagulé. Ce n'est pas bien cela.. On estd'accord ?Le personnel infirmier et subalterne est gangrené par la corruption et très mal formé, à tel point qu'il n'est plus évident qu'un infirmier te fasse une perfusion correcte. Mais c'est normal avec leniveau de l'ENSP et l'inexistence de stages et de formations continues. On est d'accord ?Le secteur pharmaceutique est le plus délabré parmi les pays membres de l'OMS (Cf rapport de l'OMS pour 2003). La CAMEC a lamentablement échoué et s'est contentée d'importer des produits indiens du labo CIPLA.. Produits décriés, mais utilisés à défaut. On est d'accord ?Pour les chanceux, il faut casquer de l'argent du coté du Dr. Cheitou au Ksar pour avoir de « bons » médicament. Je vous conseille de lire sur « l'affaire Claforan » et de ce qui est arrivé au filsde Mme M. Sidoumou.. Un flacon supposé contenir du Claforan, s'est avéré « Made in Nouakchott » et ne contenait qu'une poudre inactive soluble dans l'eau ! pendant que les ex-directeurs de la CAMEC comptaient leurs centaines de millions.. Toute la ville le sait.. On est d'accord ?Les spécialistes préfèrent vaquer à l'auscultation dans les cabinets et cliniques privés. Cela est légal dans la mesure où la loi 93-009 régissant les fonctionnaires le permet, mais ce qui n'est pasnormal, c'est que la majorité de ses « établissements » ne ressemblent qu'à de vulgaires motels aux équipement bas de gamme.Ah, si vous voyez mon cousin qui ausculte en moyenne 80 patients par jour.. Ah si vous voyez comment je suis souvent sollicité pour intervenir par appel pour qu'une connaissance puisse être auscultée en urgence.. Ce sont nos mauvaises habitudes. On est d'accord ?Dans notre pays, la notion l'erreur médicale professionnelle n'existe pas encore, et ce au grand dam des cas justiciables pendant encore ou non.. On est d'accord ?Les services hospitaliers du Sénégal (ce que vous appelez nos voisions du sud qui se moquent de nos compétences) sont légitimement une alternative.. pour asseoir un bon diagnostic, être soigné etdisposer de médicaments aux normes.. C'est pourquoi, on va au Dantec, au Principal, à Hann, etc.. en attendant que les choses soient acceptables.. La vie humaine et la santé des gens comptentbeaucoup. On est d'accord ?Le directeur du CHN, celui du CNH, celui du HCZ, tous reconnaissent des failles évidentes dans le système sanitaire.. le Ministre lui, affiche une carence avérée et n'a aucune vision pour le secteur,exception faite de quelques démarches cosmétiques ça et là.. On est d'accord ?Presque tous les bons praticiens sont à Nouakchott.. Ce qui me rappelle Feu Habib quand il écrivait que l « les mauritaniens pensent que pour être de bons citoyens, il faut venir habiter dansla capitale ! » Certains médecins me surprendraient s`il sera établi qu'il ont passé ce célèbre serment d'Hippocrate, tant ils sont durs et arrogants avec les malades.. De rares autres, au contraire, sontpleins d'humanisme et de bons sens, mais ce n'est imputable qu'à leur éducation et à leur sens de citoyenneté tant que la profession endure l'inexistence de cadre normatif et de code déontologique..L'Ordre des médecins a sombré depuis quelques années dans les oubliettes.. On est d'accord ? Pourquoi ?Cher docteur, sachez que j'ai beaucoup d'estime pour vous, partant de ce que vous partagez souvent sur ce forum.. sachez aussi que je vous rejoins sans équivoque quand vous dites que rien n'a changé..Laissez moi enfin, ne pas douter, du tout de votre bienveillance et votre sens de responsabilité, dès lors que vous vous êtes sentioffensé, blessé, diffamé quand toute la profession a été décriée..Laissez-moi, tout de même, dresser un tableau clinique et qui ne sera que plus catastrophique, pour l'éducation, la pêche, l'agriculture, les mines, le commerce, les services,etc.. Le paquet est SOLIDAIRE et il est, croyez-moi, malheureusement chaotique..Récemment des responsables sectoriels ont été interviewés dans une série de débats télévisés, souvent osés, mais personne ne s'est particulièrement trouvé embarrassé par les faits et les témoignages apportés par les uns et les autres d'une manière souvent crue etparfois arrogante, voire malveillante..Laissez-moi vous dire enfin : tous les services fournis par l'administration sont encore médiocres.. et vous dire mon espoir de voir un jour chaque réalité sectorielle changée, normalisée ; humanisée. Bref, évaluée et prise en charge par nos responsables..C'est ça le véritable dilemme de demain..
Mes considérations
par Ould mokhtar
Decembre 2005

2 février 2008

La Liste de Schind-oumer


L'hebdomadaire mauritanien la tribune, a publié une liste de personnalités " potentiellement ministrables" en cas de remaniement sous forme de tiercé. Elle est le fruit de l’écoute de bruits de couloir du pouvoir,de l’indiscrétion de certains militaires résidus del’ancien CMJD avec les quels le rédacteur semble déglutir par un seul œsophage et des rumeurs des salons de Nouakchott réputés infaillibles. Cette liste n'est pas officielle car les spéculations sont vives à quelques jours du remaniement très attendu. Les coups bas sont encore permis dans un pays ou le conseil des ministres du mercredi est un rendez-vous incontournable. Cette liste n'est tout de même pasfantaisiste. Même si la liste des ministrables circule depuis plusieurs jours dans les milieux politiques, elle change d'heure en heure. Y penser déjà, en ce moment et en parler, même virtuellement,ne ferait qu’aiguiser l’appétit de certains dinosaures de l’ancien régime reclassés dans un nouveau parti et jeter encore plus d’huile sur le feu. Je pense que le président même sénile a déjà mijoté sa liste dans sa sphère décisionnelle restreinte. Cette liste qui apparemment fait tourner les têtes de la nouvelle majorité. La liste des ministrables virtuels qui s’ycroient déjà ne cesse de soulever des interrogations et des inquiétudes. Le futur attelage gouvernemental mauritanien qui serait issu de cette liste accouchée au forceps susciterait beaucoup d'inquiétude. Quels ministres rendraient dans quelques jours leurs maroquins ? Les spéculations vont bon train. Leministre de l'intérieur qui n'a pas vu venir cette flambée de violence inhabituelle dans notre pays, qui a des préoccupations autres que la sécurité du pays ?Le premier ministre qui selon les politologues est indéboulonnable? La ministre de l’éducation nationale qui irrite tous les éducateurs nationaux ?Quand un journaliste (là je suis très généreux), autoproclamé analyste politique indépendant, dicte une liste des personnes ministrables, spéculative et suggestive à un vieux semi-sénile de président en ce moment, c’est que le choix du moment et des nominés n’est pas un pur fruit du hasard. On peut penser naïvement que cette liste est lancée pour tester les réactions de la population, pour suggérer certains noms tapis dans l’ombre pour booster la vente d'un journal qui rame. Je ne connais pas les personnes citées dans la liste de SHIND OUMER. Je n'ai point la prétention de porter sur eux un jugement de valeur, par contre je pense que le fait de les voir dans une liste pareille risque de leur porter préjudice.