pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

21 juillet 2009

un nouveau citoyen mauritanien



Le bon moment pour faire mes premiers pas dans la vie est enfin arrivé ...Je suis né le 2O juillet 2009 à 23 heures 15 minutes à NOUAKCHOTT. je suis un garçon et je pése 3kg 6.
Ma mére NADIA et mon pére Dr kleib votre serviteur sont fiers de moi.

je remercie toute l'équipe chirurgicale de la clinique EL AMAL (route de nouadhibou): Dr fatimetou abdelkader (Gynecologue)

Dr kelly Ahmed (assistant), et Mr Hanne (anesthesiste)

20 juillet 2009

Démocratie: AZIZ m'a tuer


extrait du journal LECALAME du 21 juillet 2009
par Dr kleib Ahmed SALEM


Il est de notoriété publique – plus exactement, républicaine – que seules les urnes sont l’arbitre final pour une solution, sereine, aux problèmes auxquels doivent faire face les hommes politiques, les hommes d’État et, dans notre cas, les putschs à répétition. Faut-il reconnaître à l’ex-général le résultat de l’élection du 18 juillet? La réponse me paraît évidente: La Mauritanie ne supporterait pas de voir la crise se prolonger. Il faut, par contre, continuer à jouer le jeu de la démocratie et faire face aux dérives dictatoriales, prévisibles, en renforçant l'opposition ; ne pas laisser le vide s’installer, ni la moindre brèche s’élargir, dans laquelle de faux-opposants peuvent se faufiler, comme c’est le cas en Tunisie ou au Maroc. En clair, il ne faut, en aucune manière, boycotter les futurs scrutins. L’expérience de 1992 a laissé un goût amer dans l’esprit et la mémoire d’un certain Ahmed Ould Daddah, quand il a adopté la politique de la chaise vide, face au dictateur de l’époque.
Cette victoire a, certes, l’odeur, la saveur et la couleur de la fraude. Le peuple mauritanien et les observateurs ont été bernés, une fois de plus. Sur le Tour de France cycliste, tous les experts sont unanimes : les coureurs ne carburent pas uniquement à l’eau minérale. Malgré tous les tests inopinés, voire programmés, à la recherche des substances illicites, il ya toujours des petits malins qui échappent au contrôle antidopage et qui gagnent. Le général-mécanicien a été plus intelligent que les ténors de notre politique, et les templiers du FNDD. Il a travaillé à son sacre, depuis le 6 aout, après s’être employé, obscurément pendant quinze ans, à en assurer sa base martiale. Il a fait disparaitre, comme par enchantement, 400.000 électeurs dans un cadre de «non-participation». Etrange, non? Quand on sait que le vote, en Mauritanie, est le deuxième sport national, après la gazra des biens publics. Il a sillonné le pays, trois fois : à dos de chameau, dans un hélicoptère militaire, en 4 x4. Il a placé, à tous les niveaux de l'administration, ses partisans et il n'a pas encore fini de nous surprendre. Hé! Ne nous a-t-il pas épargné un deuxième tour coûteux et douteux?
Un vrai défi à l’arithmétique. Désormais et depuis le 18 juillet, jamais plus 1 plus 1 ne feront 2; en Mauritanie, du moins. A ce stade, on reste partagé entre la raison et le désagréable sentiment de s’être fait avoir. L’intérêt du pays, d’un côté, et notre orgueil personnel, de l’autre. Allons! Faisons, donc, le choix, sage et rationnel, du bien commun! L’opinion internationale en a marre d’entendre parler de ce petit pays, pauvre et très endetté, qui ne vit qu’au rythme des élections et des campagnes post-putsch. La crise a trop duré et il est temps de clore ce dossier, sans attendre qu’un autre militaire surgisse, de nulle part, pour nous annoncer qu’il va rectifier la rectification ou quelque chose de ce genre. L’arbitraire, donc, au pouvoir. Cela n’a rien d’original. Bien avant Aziz, Hitler, à la tête du parti nazi, fut élu chancelier de l’Allemagne; Milosevic, à la tête de l’ex-Yougoslavie, Taylor Charles, au Liberia, et, plus près de nous encore, Ould Taya. Tous au suffrage universel direct, comme Ould Abdel Aziz.
D’autres questions restent en suspens : va-t-il dissoudre le parlement? Aura-t-il la capacité et le courage de refuser les transfuges des autres partis perdants? Mènera-t-il, à terme, son unique promesse électorale: lutter contre la gabegie? Que fera-t-il de certains de ses soutiens, pour le moins encombrants? Rebelote, en tout cas : nous voilà revenu à la case-départ, Ould Taya bis, son parti-Etat, sa campagne du livre et de l’obésité. Et probablement encore, la déstabilisation de ce nouveau pouvoir viendra de là où l’on s’y attendra le moins. Car, enfin, qu'est ce qui immunisera la réincarnation politique du colonel Ould Taya contre un autre coup d'Etat? Tôt ou tard, le général commencera à se séparer de ses compagnons d'armes: retraites anticipées, nominations en ambassades, conseils militaires, et autres directions de sociétés publiques. Les liens s’effilocheront, jusqu’à ce que… Une chose est sûre : ce jour là, personne ne sortira dans la rue, pour défendre «sa» démocratie et surtout pas moi.


Docteur Kleib Ahmed Salem
Neurochirugien

14 juillet 2009

Lettre au général OULD ABDEL AZIZ


Il n'est pas dans mes habitudes d'écrire aux homme du pouvoir ni à ceux qui y ont déjà gouté ni à ceux qui aspirent à le devenir, par orgueil de bédouin, par soucis d'indépendance et d'intégrité. Cette fois ci je vais faire une entorse à cette habitude, et m'auto-forcer la main pour vous écrire ces mots sincères d'un citoyen dégouté et sans doute pas le seul, parce que l'heure est grave et l'atmosphère de cette campagne me semble lourde et dangereuse.
il n'a fallu pour vous que de quelques heures, un jour de 6 aout de l'année dernière pour devenir chef d'État, en renversant un président élu démocratiquement , preuve que l'ascenseur socialo-militaire embarque encore des passagers, pendant que d'autres empruntent difficilement les escaliers civils pour acceder au pouvoir. J'apprécie à sa juste valeur votre ambition de passer de mécanicien à président de la république, mais je déplore par contre votre discours cynique cousu d'ironie, d'humour et de piques, qui dérange et révolte. Ce discours militaire qui vous colle si bien à la peau et qui sent le fumigène ignoble, (mon général un peu de dignité), le ciel de Nouakchott est gris , le climat est chaud et votre pensée sent mauvaise lorsque vous avez eu l'idée et le courage de porter atteinte à l’intégrité de certaines personnes, ( personnalité politique ou candidat à la présidence de la république que vous convoitez tant), fusse-t-elle avec des bonne raisons, est une attitude qui ne sied point à la hauteur du rang auquel vous aspirez .
Ce tour de passe à passe qui a consisté à brandir en public une liste de personnalités avec des preuves de culpabilité n'est que calomnie, bluff et diffamation pure et simple. Voire «affirmation gratuite encline à diffamation» aurait dit le plus nul des magistrats de notre contrée .
J'ai essayé de vous suivre dans votre raisonnement de candidat à la présidence d'un Etat dont la constitution ne vaut point pour vous que le papier sur lequel elle a été transcrite, à la présidence d'un pays qui ne vous a pas vu naitre et grandir , à une république dont vous vous foutez éperdument. La notion d'Etat de droit vous est si étrange que vous vous prenez pour une cours criminelle prononçant les inculpations aussi aisément que de donner un ordre militaire.
le slogan «président des pauvres» assez original! dont vous faites votre étendard raisonne faussement à l'oreille de tous ceux qui vous ont vu vous entourer des grandes fortunes de ce pays, de vautours et autres volatiles budgétivore. Je ne suis pas dans le secret de votre âme, mais mon niveau d'instruction et mon éducation familiale m'empêchent de vous suivre dans votre folle chevauchée vers le pouvoir à tout prix quitte à détruire le squelette de ce pays, et l'ossature de notre société.
Cette campagne n'est pas la notre, et le combat est ailleurs. Nous ne sommes que les spectateurs passifs de la même dramaturgie de 2007 orchestrée et jouée par les mêmes acteurs. D'un coté le candidat des militaires et de l'autre le candidat idéal pour être battu à une différence prés. Cette fois ci les trafiquants de tout genre ne veulent plus se contenter de s'allier au pouvoir comme auparavant. il veulent aujourd'hui être le pouvoir, m'a dit hier un brillant penseur de ce pays qui a séjourné injustement au camp de Guantánamo du général.
Le 18 juillet , pour la Mauritanie sera un grand jour; il verra le peuple exprimer son refus de crouler sous la botte d'un militaire, que vous l'acceptiez ou non, c'est pourtant la volonté du peuple et le verdict des urnes confirmera.
Amicalement
Un citoyen issu du peuple et qui aime vraiment les pauvres.
Dr kleib ahmed salem

2 juillet 2009

Brefs de campagne

Brefs de campagne est une nouvelle rubrique qui sera quotidienne
1-De candidat lièvre à devenir un chien qui aboie sur commande il n' y a qu'un pas, Le candidat Kane Hamidou Baba,transfuge du Rassemblement des forces démocratiques, a porté réserve contre la candidature de Ely Ould Mohamed Vall à la présidentielle du 18 juillet 2009 obtempérant aux ordres dictés d’en haut.
2- il parait que le premiers cas de grippe A (H1N1), à été suspecté hier au meeting du palais de congres du candidat Ould abdelazize chez une jeune étudiante en provenance du CANADA info demantie par mes collégues de l'hopital national. la prudence est de mise lors des meetings il faut prendre des mesures de précaution , à savoir porter un masque et d’éviter tout regroupement inutil.
3- CON dit cheikhna ould NENNI consul (par alliance) Général de Mauritanie à DAKAR a menacé votre serviteur le blogueur que je suis à l’hôtel méridien de Dakar lors des négociations DAKAR 2 puis il est venu s’excuser hier à Nouakchott juste avant le début du meeting de son général bienfaiteur.
il m'a reproché d'avoir traité son "torchon de journal" de nouakchott mensonge juste apres la diffusion dans son quotidien d'une publicité mensongere pour sa dentiste de niéce et épouse du puissant géneral GAZOUANI.
4- la MAFIA s’implique fortement dans la campagne et ne lésine sur aucun moyen légal et illégal pour s’accaparer du pouvoir. Que DIEU protége ce pays de l’après 18 juillet