pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

26 décembre 2007

Cet islam n'est pas le notre



La Mauritanie qui souffre déjà, d’un gouvernement incompétent, des citoyens autistes et d’une police corrompue, n’a pas besoin d’une publicité aussi macabre. Ceux qui ont perpétré ce crime odieux ne sont pas des mauritaniens, ou ne le sont plus. Cet abominable acte qui rappelle la sauvagerie de LEMGHEYTII ne peut être que le geste désespéré d’un groupe de détraqués. Si le but est de faire parler de la nébuleuse Al Qaida et de son produit derivé le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien, plus connus sous le terme de Branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, il est atteint. parcontre si Si le but est de porter atteinte à la réputation de notre pays, à son hospitalité à sa securité ,c'est un échec. Le mot est lâché, les islamistes ne sont pas la bienvenue dans notre pays. L’islam comme religion pacifique et tolérante est le ciment de notre unité nationale. Notre pays est l’un des rares pays musulmans où les gays, et les imams se croisent et vivent parfois sous le même toit. Où les femmes jouissent d’une liberté sans équivalent dans le monde arabe. Cet islam, importé sans TVA, visible et voyant a travers des tenues vestimentaires excentriques, des barbes colorées, et des cranes rasés enturbannés n’est pas le notre. Cet islam qui lapidie, et assassine lâchement n’est pas le notre. Nous devons, lutter énergiquement contre toute forme d’aliénation et de fanatisme. Les coupables doivent être traqués, arrêtés et jugés. Le jugement se doit d'être exemplaire et dissuasif. Et que cet événement ne fasse pas oublier d’autres affaires, comme LEMGHEYTI , la drogue, …..etc

la suite prochainement

Dr kleib

18 décembre 2007

S’il vous plaît ne ratons pas cette occasion

Extrait du journal
Albayane mois de mai 2006, le journal Albayane
Le proverbe dit que la chance ne se répète pas deux fois, ce que semble méconnaître ou fait semblant de méconnaître la majorité de nos compatriotes. Il est vrai qu’un coup d’Etat est un acte illégal mais à condition que le renversé soit au pouvoir légalement.Un putsch peut aussi devenir légal lorsqu’il est
soutenu par la population et plus encore lorsque les motifs déclarés de cette action sont de restaurer"justice" et "démocratie". Lorsque les militaires avaient repris le pouvoir le 3 août 2005 ils avaient promis de le rendre démocratiquement aux civils dans 19 mois. Les partis
politiques ont été alors appelés à des journées de concertation où ils avaient joui d’une large liberté d’expression et d’action.
Ce qui s’est passé est malheureusement contraire à toutes nos espérances. Au lieu de consolider ou de fonder de véritables partis sur des bases saines, ils se sont dirigés vers le tribalisme et le régionalisme.
Le tribalisme n’avait jamais était aussi présent dans notre pays qu’aujourd’hui. Si vous demandez n’importe qui à qui vous voterez demain il vous répondra pour mon cousin ! Ou avec ma tribu !
Le recensement à vocation électorale est une autre catastrophe qui est venue empirer les choses. Prenons l’exemple de Nouakchott plus de la moitié des habitants de la capitale se sont inscrits dans des communes de l’intérieur. Et quand vous les interrogez sur la raison, on vous répond : « notre tribu est la
plus nombreuse dans telle ou telle région… » Avec cette logique, nous sommes revenus plus de quarante ans en arrière ; situation et mentalités comparables à celles des années cinquante lorsque la tribu était
l’unique référence. Il faut s’attendre donc à une longue période de quasi parti unique au pouvoir, suivie d’une autre période de pouvoir militaire qui conduira de nouveau à une impasse. La tribu est un mal nécessaire en dehors d’un Etat de droit puisque c’est elle la sécurité sociale, l’assurance et la garantie.
L’attachement à la tribu dans les conditions près citées peut être défendu, mais quand on nous offre l’opportunité de construire cet Etat de droit la tribu n’a plus de place. Il est vrai que selon les chiffres officiels 60% de notre peuple est analphabète et que le pourcentage effectif avoisine 90% mais même avec
une poigné d’intellectuels main dans la main on peut construire ce pays.
Si les élections sont organisées dans ce contexte tribal elles seront les plus sanglantes et les plus meurtrières de notre histoire. Tout le monde sait le fanatisme tribal qui peut pousser les ignorants à commettre les actes les plus ignobles en son nom.
Supposons que les élections soient organisées sur ces bases, le président devant être obligatoirement de la tribu la plus nombreuse et le gouvernement doit comporter plus de deux cents ministres en raison d’un
ministre par tribu. On nous a donné une chance. Soyons à la hauteur et construisons de vrais partis politiques. Rassemblons-nous derrière le plus compétent, le plus patriote, le moins vénal et non derrière le plus proche ou le plus offrant. Nous devrons choisir celui qui va réellement réparer et généraliser l’enseignement, offrir la santé pour tous.
Celui qui va améliorer notre mode de vie en augmentant les salaires et en contrôlant strictement les prix.
Nous devrons choisir celui qui va suivre une politique d’habitat qui garanti à tous les citoyens un habitat décent, nous choisirons celui qui offrira aux milliers des chômeurs des occasions de travail.
S’il vous plait ne ratons pas cette occasion, déjà nous avons raté la période transitoire, on nous avait promis un gouvernement de technocrates alors que nous avons eu le contraire.
Aujourd’hui apostériorié, je suis sur le point de dire que je crains qu’on a perdu l’occasion. Il est vrai qu’on ne peut pas évaluer le bilan d’un gouvernement sur moins d’un an, mais la création du PNDD, nous fait revenir au point de départ.
Dr Seydna Ali ould Zeidane
chirurgien

15 décembre 2007

PROFESSION : ANONYME

Profession: Anonyme

Une fois n'est pas coutume, nous nous intéressons aujourd'hui, loin des fracas du monde politique à un fait de société qui a pris de l'ampleur avec le développement des canaux de communication: la calomnie. Le paysage médiatique mauritanien, y compris la presse écrite, fourmille depuis quelques années d'écrits "accouchés sous X'. L'anonymat que permet la communication sur internet ne serait-il pas un aphrodisiaque ? se demandait d'ailleurs Walter Goodman. Quand on voit la façon dont cette déferlante anonyme épingle, expose et indispose ses victimes en les traînant dans la boue on est tenté de répondre par l'affirmative. Plus grave, cette littérature trouve facilement des oreilles attentives et des relais puissants dans une société de colportage comme la nôtre. Autant il était compréhensible à une époque récente que des anonymes aient permis de dénoncer sans pression et surtout sans risque d'en payer le prix les dysfonctionnements de notre société, avec il est vrai quelques excès, autant il est difficile d'admettre aujourd'hui que de pâles copies continuent à perpétuer un genre dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants dans le seul but de régler les comptes à certains ou de polémiquer. Quelle attitude adopter face à ces attaques? Écouter le conseil de Sainte-Beuve au poète : " Veux-tu te venger, ô poète, des railleries de l'imbécillité et des insultes de la haine? Grave-les dans ton cœur, n'y réponds jamais. Fais ton œuvre, poursuis comme sans entendre, et pourtant aie en toi l'aiguillon d'avoir entendu" ou bien chercher à se justifier chaque fois qu'on est épinglé pour avoir la conscience tranquille. Sur un autre registre voisin les sites internet, les forums de discussion sont prisonniers d'un faux débat, de fausses polémiques. A voir certains sites et forums on a l'impression d'assister à une guerre de tranchées. Tout y est question de bidhanes, soninkés, haratines, haalpulaar et wolofs. Aucun débat sérieux, aucune analyse pertinente. Tout y est sur-exaltation de la différence. Souvent les seuls échanges qui semblent tenir la route sont préfabriqués. A peine eut-on avancé une thèse, qu'on revient quelques minutes plus tard pour la démolir sous un autre pseudo. Le temps est venu pour ces anonymes de sortir de la "clandestinité". Loin de moi l'idée de fustiger tous ces anonymes. Il en existe de bons et de méchants. Depuis des temps immémoriaux de grandes oeuvres ont traversé les siècles et continuent aujourd'hui encore à nous fasciner sans qu'on puisse leur attacher le moindre nom. "Les Mille et Une Nuits", dont l'héroïne principale Schérazade évolue dans un univers féerique fait partie de ces oeuvres restées dans la postérité, mais ses auteurs dorment,anonymement, dans les recoins de la civilisation perse. On peut multiplier les exemples de ce type dans tous les autres domaines de la vie. Mais de nos jours, l'anonyme et le pseudonyme sont utilisés à d'autres fins et même la presse dite "sérieuse" n'y échappe pas. Chers anonymes ne faites pas de votre anonymat une profession. Si vous assumez ce que vous dites et écrivez, votre crédibilité n'en sera que plus grande et votre propension à la calomnie considérablement réduite. Si vous vous trompez, déjugez-vous à temps. Si vous cherchez la notoriété demandez à X-Ould-Y: quelle satisfaction personnelle peut tirer un anonyme de sa célébrité, si ce n'est le sentiment du devoir accompli tel celui qui s'acquitte de son aumône sans en faire la publicité? Si tel n'est pas le cas, ça doit être rageant de ne pas pouvoir crier sur le toit: " c'est moi!".