pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

12 avril 2013

Adressage de nouakchott


Dans la rubrique " article que j'aurais bien aimé écrire autrement"

Je viens de tomber nez à nez avec un ce post sur CRIDEM (cliquer ici) . Je ne vous cache point qu'il m'a interpellé. J’avais l’intension de traiter  ce sujet, Il y a quelque année sous un autre angle et j’attendais d’avoir assez d’éléments pour conforter mon hypothèse d’abus de bien public et  de vol en bande organisée.  Je salue l’effort de l'auteur de cridem  même, s’il a traité le thème de façon superficielle alors que sur le fond, il doit y avoir une grosse histoire de sous partis en fumé pour un projet qui n’a jamais vu le jour. Il s'agit d'un grand investissement qui a atterrit dans les poches d'une bande organisée en mafia  à travers un réseau des bureaux d'études pseudo fictifs et des hommes d’affaire véreux. Si l'on cherche à creuser jusqu’au bout on ne sera pas au bout de nos surprises. Le projet quoique ambitieux n'était pas destiner à une population qui ne sait ni lire ni écrire à plus forte raison compter dans sa majorité. Ce projet avorté  pourrait être ressusciter, Il suffit d’un bon sens et d’une bonne volonté.
Aujourd’hui personne n’échappe à l’adressage de la SOMELEC, qui me semble simple puisque les agents de la SOMELEC et de la SNDE s’y retrouvent facilement et ils ne sont pas les plus intelligents de la ville. Ils me pardonneront quand ils sauront que je ne leurs en veut point et que j’ai une grande affection pour la SOMELEC (cliquer ici). Il suffit de le coupler à des adresses  qui sont rentré dans  le vocabulaire de la ville de Nouakchott. Qui ne connait pas « boutique Couscous, ou virage Ould badou, Virage  kraa dick … » pour concocter un adressage   qui s’adapte à notre population.

9 avril 2013

"Mauritaniens: Nous sommes le 9 avril vous êtes encore pauvres et démunis   et le Général AZIZE est riche et toujours au pouvoir"

Un millier de candidats et moi et moi et moi...

« Quand le sage montre la lune avec son doigt, l'imbécile regarde le bout du doigt»

Proverbe chinois

PRDR, RFD, APP, UFP, FP, AJD, PMDE, PLEJ, UCD, RD, PSD, UDN, UDP… Autant de combinaisons, des consonnes et des voyelles, pour désigner des partis politiques vivants, morts ou fictifs.

Nous avons donc déjà une vraie inflation de partis (plus de 35) pour nous encombrer des indépendants (de qui ou de quoi? CNI, UNI, LNC) qui utilisent des partis -pavillons de complaisance pour présenter leur liste nationale.

Ainsi, à la fin de cette transition, on aura tout vu : le colonel Ely O. Mohamed Vall en chantre de la démocratie, Mr  Ahmed Ould Daddah en nouvel ami d’Israël, Mr  Messaoud en messager de l’unité nationale et des candidats surgir de nulle part.

Alors, me diriez-vous, pourquoi cet engouement national pour ce que nous appelons (par ignorance) la politique? est-ce par Pur altruisme ou simple opportunisme?

A l’origine, à mon avis, il y a à la fois la recherche du profit immédiat et la versatilité

AFP PHOTO DESIREY MINKOH

de nos élites qui perpétuent cette tradition de nomadisme politique. Toujours selon mon humble avis, il serait judicieux de se poser des questions pour ne pas voter idiot aux prochaines échéances électorales.

Qu’est-ce qui fait courir les riches de Nouakchott vers des contrées lointaines pour briguer des postes de député ou de maire?

Prenons l’exemple  de la région du Ttirs-Zemmour : pourquoi Mr Hammada Ould Derwish se présente-t-il à Elbir, qui n’est pas la porte à côté, lui qui a déjà été directeur du port autonome de Nouadhibou, directeur de la BACIM banque, et qui est peu connu pour ses activités d’intérêt général pour la collectivité qu’il cherche à diriger?

Pourquoi Mr Khaddad Ould Mokhtar se représente-t-il à Fderick? Pour les énormes infrastructures qu’il y a battu lors de son précédent mandat, ou pour les lois qu’il a proposé au vote du défunt parlement pour protéger l’enfance, l’environnement ou l’éducation? Ou tout simplement pour exploiter l’immunité parlementaire et la carte de visite qu’elle offre pour augmenter son chiffre d’affaire?

Pourquoi Mr Zeidane Ould Hmeida se présente-t-il à Zouerate? Est-ce pour la bonne image qu’il a laissé au fils d’ouvrier que je suis, lorsqu’il était directeur à la Snim, ou pour sa contribution à l’implantation de sa tribu en usant du  favoritisme; à travers les avantages que son poste de directeur general de la snim lui conférait, ou tout simplement un pied de nez aux militaires qui l ‘ont emprisonné -et par là même rendu célèbre?

Pourquoi la famille Ducros se décarcasse-t-elle à Fderick un jour, et se prélasse-t-elle à Nouakchott le reste de l’année? Dans l’intérêt des citoyens autochtones me diriez-vous!

Pourquoi Mr Hadrami Ould Emmama veut-il s’incruster et se fossiliser à Zouerate, lui qui n’est connu que pour sa gestion controversée de l’eau. Est -ce pour obéir à ‘listikhara’ ou pour représenter vivement ses ‘Tlamides’?

Simples questions entre des dizaines de milliers d’autres, que vous pourrez poser par rapport à tous les candidats dans toutes les villes et villages de Mauritanie, et qui resteront en suspens. Elles en disent long sur ce qui se trame en haut et en bas et que nous devrons avaliser. Ces questions qui doivent être posées à propos du mobile de tous les candidats et dans toutes les régions.

L’exemple du Tiris-Zemmour est le plus flagrant car même un ressortissant du Polisario, qui a élu domicile à Zouerate, se présente sans soulever de polémique à l’ivoirienne.

Nous voilà donc avec 1.222 listes candidates aux prochaines élections municipales du 19 novembre. Sur ces listes, les formations politiques ont effectivement déposé 888, alors que les listes indépendantes, source de frictions verbales entre certains partis politiques et les autorités de transition, n'ont guère dépassé les 334 listes.

Quant aux élections législatives, 441 listes ont été déposées par des partis politiques ou des candidats indépendants en coalitions avec de partis : 260 proviennent des partis politiques et 124 des candidats indépendants.

Quel casse tête pour des électeurs qui ne sont pas habitués à voter pour un programme politique, et qui n’ont pas une culture des couleurs (à peine si un Mauritanien doué pouvait différencier entre le vert et le bleu), quel supplice! Ajoutez-y la candidature majorée de 20 pour cent des femmes et les têtes se perdent.

D’ailleurs, il ressort des premières listes que la tendance est aux femmes commerçantes. Ces femmes dépigmentées, trempées dans des crèmes luisantes, qui peuvent vous plumer comme un pigeon, ou vous fourguer des chaussures taiwanaises en les faisant passer pour des italiennes et nous faire avaler toute les couleuvres de la terre.

Pourquoi donc faire participer les femmes à hauteur de 20 pour cents, si c’est pour impliquer cette fraction de notre société? Alors c’est raté d’office. Parce que nous n’aurons jamais une élue vendeuse de couscous, ni une divorcée avec une famille nombreuse, ni une chômeuse de longue durée, ni une étudiante. Pour cette fois, les femmes ne seront pas entendues et representées dans l’hémicycle. Enfin  dans un pays où tout s’achète, la conscience, la fierté et les voix, Avec ou sans élections, c’est toujours ceux qui ont compris le système qui triomphent, et les damnés qui approuvent.

Mais un vautour, qu'il soit en smoking ou en treillis, qu'il soit indépendant ou dépendant, reste un vautour ou devient un député, preuve que Rien n’est Impossibles en Mauritanie (R.I.M).
 
Dr Kleib Ahmed Salem
EXTRAIT  DE LA  Chronique du Dr Kleib Ahmed Salem  -LE CALAME N°559 du 1er novembre 2006.