pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

28 mai 2007

Ely ould mohamed vall le retour


voilà comment de voleur notoire on devient un chantre de la démocratie. voilà comment de tortionaire on devient un symbole. voilà comment on devient de simple soldat une des plus grandes fortunes du pays. son retour hier sur la chaine aljazeera nous a permis de voir Ely dans l'étendu de son talent et sur son vrai visage. parlant une langue qu'il ne maitrise point :arabe. il etait naturel et ignorant comme à l'accoutumé. Loin des discours ecrits en phonetiques par ses negres il était meconnaissable et son langage marqué une perseverance pathologique. Cet homme là apres avoir pillé le pays et l'avoir consigné au main de son sbire abdelaziz risque de revenir aux commandes de l'Etat.

la suite le mercredi

22 mai 2007

Le médecin, le chinois et le charlatan





Le médecin, le chinois et le charlatan


Si mon article intitulé ils sont fous ces médecins qui vous soignent a heurté certaines sensibilités, c`était pas le but s’il a soulevé un débat je m`en réjouis.
Il va falloir modifier nos comportements, s`ouvrir au dialogue et à la discussion, au nom de la liberté de chacun d’analyser, discuter, être en désaccord.
si j`ai porté le débat sur la place publique c’était l`ultime recours, à défaut d`autre espace de discussion. Ma qualité de praticien ne peut pas être mise en doute loin delà,
si j’ai enfreins l’éthique pour certains, pour d’autre j’ai brisé un long et profond silence. Je rappelle aux uns et autres que J RUFFIE disait "il n’y a d’éthique que lorsqu’il y a liberté".
Il est tant que nous médecins, prenons conscience de l`intérêt de notre profession menacée.
Apres quatre décennies d’hégémonie des médecins sur des postes administratives, direction des hôpitaux, des centres de santés. . . . .
Il faut prôner la séparation du médecin de l’administration à l’image de nos voisins maghrébins où les établissements hospitaliers fonctionnent merveilleusement bien grâces a des administrateurs.
Un hôpital c’est pas des fournisseurs qui se bousculent devant le bureau et des chefs de service qui poirotent indésirables devant une secrétaire BCBG ; c’est pas que des emplois fictifs qui rappellent étrangement l’affaire de la Banque Centrale de Mauritanie, …..c’est une gestion rigoureuse et transparente avec un souci primaire la qualité des soins. Afin de fidéliser nos citoyens avec un secteur public honi….
De nos jours tomber malade est la pire des chose qui peut arriver à un citoyen mauritanien : entre la menace de grogne des médecin du Centre Hospitalier National, l’augmentation des prix des consultations -anarchique- l’implantation des médecins chinois qui consultent, opèrent dans la clandestinité à des prix défiant toute concurrence et les tradithérapeutes autoproclamés « Docteur » équipés des sthetoscopes et qui prescrivent sans aucune gêne les explorations les plus modernes échographie, scanner, souvent réalisés par des radiologues au dessus de tout soupçons..
Il ne fait pas bon chic ni bon genre de ne pas se soigner de l’autre rive du fleuve où nos compatriotes se font spolier tout en calomniant nos médecins et nos pratiques.
Ce constat d’échec pour le médecin Mauritanien, dont le geste iconoclaste fait fuir nos malades de l’autre rive du fleuve , témoigne d’un malaise général qui discrédite la profession et nos sommes les premiers responsables. Ne nous voilons la face.
Nos médicaments ne sont pas fiables ni surs et nos bilans biologiques aussi.
Il est tant que l’Etat assume ses responsabilités en matière de santé publique et mette de l’ordre dans un secteur à la dérive.
Devant l’extrême pauvreté de nos compatriotes , la défaillance du secteur publique la démission de l’état face à ces indigents qui hantent les urgences, et qui meurent parfois en attendant une prise en charge providentielle ou un bien faiseurs de charités.

C’est pourquoi, je plaide pour un secteur public qui défend des valeurs d’éthique ou une politique sociale qui peut garantir une équité d’accès aux soins.
Sans tomber dans un relativisme mal compris et sans céder non plus à la tentation des croisades contre les médecins
Ces médecins sous payés qui travaillent dans des conditions précaires et qui font preuve d’un courage, d’un professionnalisme et dévouement.

EXTRAIT du journal lecalame du14 juillet 2005
auteur:Dr kleib ahmed salem


Ils sont fous ces médecins qui vous soignent

Il paraît que ces jours une pétition circule dans le milieu des médecins spécialistes mauritaniens, pour porter la consultation de médecine libérale de 3000 um à 5000 um.
A l’origine de cette initiative une minorité de médecins avides d’argent et cupides connus pour l’en-tête de leurs ordonnances maculé de spécialités fictives et grotesques.
La médecine est loin d’être une source d’enrichissement ou si c’est le cas cela suppose que la prestation des soins est à la hauteur du prix.
De mémoire de patient que j’étais et du médecin que je suis actuellement, la Médecine est une vocation. Aujourd'hui, nous savons à quel point elle peut, effectivement, s'apparenter à un sacerdoce.
Nous sommes d'autant plus amenés à nous demander si, sous le nom de "médecine spécialisée", on n'est pas de plus en plus en train de nous revendre une marchandise avariée.
Le médecin, ce n'est plus quelqu'un qui vous écoute, qui reçoit vos secrets les plus intimes et vous soigne. Ce n'est plus l’homme qui revendique son secret professionnel face à la justice. Aujourd’hui le médecin, est un homme qui essaye de se remplir les poches en toute impunité, face à la médiocrité des instances ordinales de la profession.
Il y a d’un coté ce maquis médical, qui incite chaque patient à aller butiner dans les différentes spécialités ce qu'il croit lui convenir, alors qu'à l'étranger la porte d'entrée de la médecine spécialisée se fait à l'aide d'un tuteur généraliste.
De l’autre, la destruction du secteur public par ce qu’on appelle le rabattage des patients qui consiste à faire partir les patients des établissements publics de santé vers les établissements privés pour les consulter. Ou le pompage ou encore le soutirage qui consiste à soutirer le matériel du secteur public pour aller exercer dans les cliniques privées. En dernier lieu il y a aussi les agents publics de santé qui servent dans le privé à prix réduit, et ils sont satisfaits sans savoir souvent qu’ils sont exploités.
EXTRAIT du journal lecalame du 30 juin 2005
auteur:Dr kleib ahmed salem

19 mai 2007

Profession: Anonyme


Profession: Anonyme




Une fois n'est pas coutume, nous nous intéressons aujourd'hui, loin des fracas du monde politique à un fait de société qui a pris de l'ampleur avec le développement des canaux de communication: la calomnie. Le paysage médiatique mauritanien, y compris la presse écrite, fourmille depuis quelques années d'écrits "accouchés sous X'. L'anonymat que permet la communication sur internet ne serait-il pas un aphrodisiaque ? se demandait d'ailleurs Walter Goodman. Quand on voit la façon dont cette déferlante anonyme épingle, expose et indispose ses victimes en les traînant dans la boue on est tenté de répondre par l'affirmative. Plus grave, cette littérature trouve facilement des oreilles attentives et des relais puissants dans une société de colportage comme la nôtre. Autant il était compréhensible que des anonymes aient permis jusqu'à une période récente de dénoncer sans pression et surtout sans risque d'en payer le prix les dysfonctionnements de notre société, avec il est vrai quelques excès, autant il est difficile d'admettre aujourd'hui que de pâles copies continuent à perpétuer un travail dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants dans le seul but de régler les comptes à certains ou de polémiquer. Quelle attitude adopter face à ces attaques? Écouter le conseil de Sainte-Beuve au poète : " Veux-tu te venger, ô poète, des railleries de l'imbécillité et des insultes de la haine? Grave-les dans ton cœur, n'y réponds jamais. Fais ton œuvre, poursuis comme sans entendre, et pourtant aie en toi l'aiguillon d'avoir entendu" ou bien chercher à se justifier chaque fois qu'on est épinglé pour avoir la conscience tranquille. Sur un autre registre voisin les sites internet, les forums de discussion sont prisonniers d'un faux débat, de fausses polémiques. A voir certains sites et forums on a l'impression d'assister à une perpétuelle guerre de tranchées entre maures et négro-africains. Tout y est question de bidhanes, soninkés, haratines, haalpulaar et wolofs. Aucun débat sérieux, aucune analyse pertinente. Tout y est sur-exaltation de la différence. Souvent les seuls échanges qui semblent tenir la route sont préfabriqués. A peine eut-on avancé une thèse, qu'on revient quelques minutes plus tard pour la démolir sous un autre pseudo. Le temps est venu pour ces anonymes de sortir de la "clandestinité". Loin de moi l'idée de fustiger tous ces anonmes. Depuis des temps immémoriaux de grandes oeuvres ont traversé les siècles et continuent aujourd'hui encore à nous fasciner sans qu'on puisse leur attacher le moindre nom. "Les Mille et Une Nuits", dont l'héroïne principale Schérazade évolue dans un univers féerique fait partie de ces oeuvres restées dans la postérité, mais ses auteurs n'existent même pas dans l'imaginaire de la civilisation perse. On peut multiplier les exemples de ce genre dans tous les autres domaines de la vie. Mais de nos jours, l'anonyme et le pseudonyme sont utilisés à d'autres fins.Chers anonymes ne faites pas de votre anonymat une profession. Si vous assumez ce que vous dites et écrivez, votre crédibilité n'en sera que plus grande et votre propension à la calomnie considérablement réduite. Si vous vous trompez, déjugez-vous à temps. Si vous cherchez la notoriété demandez à X-Ould-Y: quelle satisfaction personnelle peut tirer un anonyme de sa célébrité, si ce n'est le sentiment du devoir accompli tel celui qui s'acquitte de son aumône sans en faire la publicité? Si tel n'est pas le cas, ça doit être rageant de ne pas pouvoir crier sur le toit: " c'est moi!".

source blog Diaw Alassane
http://rim-coulisses.blogspot.com/

6 mai 2007

En direct de la rue SOLFERINO

En direct de la rue SOLFERINO où j'ai pu prendre les images de la deception de la gauche en france. je vous laisse vivre en excusivité les quelques instants de deception chez les jeunes militants socialistes. le 6 mai 2007 à 20 heures. PARIS FRANCE. images exclusives Filmées par Dr KLEIB.