pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

17 novembre 2006

Le CMJD met la Mauritanie en urnes réglées?

C’est ça la Mauritanie Chronique du Dr. KLEIB Ahmed-salem

Le CMJD met la Mauritanie en urnes réglées?

« Il faut voter avec son intelligence et
non avec ses tripes..»CHIRAC (Jacques))
C’est l’histoire de ces quatre étudiants mauritaniens en France qui, au lendemain de l’indépendance, originaires de Boutilimit, ont décidé un jour, comme leurs collègues français, d’apprendre à danser. Ils se sont inscrits à des cours de danse chez Madame Elisabeth FONTENEAU. Apres quelques séances successives pour des mauritaniens assidues et déterminées qu’elle ne fut sa surprise quand elle a remarquée l’absence d’amélioration du niveau de ses bédouins. Un soir madame FONTENEAU les invita dans son salon, pour tenter de percer ce mystère. Elle qui a enseigné la danse à trois générations de français Elle demande à chacun de marcher le long du couloirs, tout en les observants attentivement déambulant, pieds nu sur le tapis persan que son mari lui à ramené de son voyage à Istambul cette année là.A la fin de se walk – test elle a conclu, avec soulagement que nos quatre érudits, ne savaient pas marcher et que pour danser il faut d’abord apprendre à se tenir debout et à marcher correctement. La morale de l’histoire est que nous sommes entrain de nous entretuer pour imposer la démocratie en Mauritanie. Alors que les acteurs du jeu démocratique ne savent pas se tenir débout ni marcher. Une étape a été sautée dans le processus évolutif de notre pays. C’est ainsi que notre pays risque de sombrer dans une régression irréversible.En témoigne cette campagne électorale grotesque et carnavalesque qui se veut comme model dans le monde arabe. Et qui se résume en quelques oisifs qui se regroupent sous des tentes, pour écouter quelques griots édentés et des griottes grosses et moches scandant des chants élogieux de certains candidats véreux et incultes. Ce qui est loin est loin d’un programme électorale. Les vrais débats ont été occultés. Cette campagne houleuse s’apparente plus à un festival ou à un carnaval avec ses couleurs et ses chants et ses acteurs déguisé ou non.Il y a des priorités, à donner à l’Etat son respect et sa dignité en créant un Etat de droit.Donner aux citoyens cette sérénité, pour qu’ils aient confiances dans les institutions de l’état.Il faut à mon avis renforcer l’éducation, dégraisser le mammouth de Lamgheity en supprimant une partie du budget alloué aux militaires.En ce qui concerne la fiscalité il faut travailler le domaine de la fiscalité indirecte et directe pour que l’assiette de taxation soit entièrement harmonisée.Comme l’indique une étude de L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) dans le cadre de sa politique d’intégration initié en février 2006, à Ougadougou « C’est aussi un moyen de promouvoir un régime fiscal de droit commun incitatif, de favoriser l’émergence d’une fiscalité axée sur la promotion de l’investissement ainsi que de la croissance économique ». A nos futurs élus je propose d’alléger les impôts et la réglementation douanière qui constituent un obstacle pour les investisseurs étranger. Tout cela ne peut se faire sans renforcer le cadre juridique pour veiller au respect des droits de propriété tributaire du cadre institutionnel (devant l’absence de cadre juridique et réglementaire fondé sur une législation harmonisée relative aux finances et à l’investissement dans le domaine des infrastructures sociales et physiques).Et pourquoi pas ne pas revoir la politique restrictive en matière d’investissement et la longueur des démarches administratives nécessaires pour créer une entreprise.Il faut penser à créer des emplois, grâce à des microcrédits, un allégement fiscal accompagnée d’une procédure administrative très succincte.Il est fondamental de lutter contre le secteur informel car Des pans entiers de l'économie échappent à toute classification et à tout contrôle. Même si une majorités de notre populations pauvres des villes est trop largement tributaires du secteur informel pour l’emploi et le revenu.Enfin, prévoir un plan pour redynamiser l’éducation nationale en lui injectant les fonds de la défense car il est fondamental de prendre en considération Les difficultés de l’éducation qui sont liées à la persistance des pesanteurs socioculturelles, des causes de la pauvreté, les coûts directs et indirects de l’éducation, l’insuffisance en quantité et en qualité du personnel enseignant, l’insuffisance de matériel didactique et enfin la mobilisation des ressources financières et rendre obligatoire la scolarisation des enfants.Il convient d’inscrire ces mesures promesses dans une logique d’un authentique plan pour l’emploi notamment en les adaptant aux véritables acteurs de la création et du maintien de l’emploi, en l’occurrence les petites entreprises. Créer des projets pilotes en matière de formation professionnelle, plus adaptés à notre population de chômeurs de plus en plus jeunes.Si non à quoi aurait servi ce « coup d’état amical » si ce n’est à remplacer un dictateur par un autre tout le monde sait que qu'un coup d'état peut s'appuyer sur un plébiscite électoral et que la dictature peut aussi être mise en place par les urnes, donc démocratiquement, pour peu que l'on s'en donne les moyens.Dr Ahmed salem Ould Kleib Centre hospitalier Sainte-AnneService de neurochirurgie Du Pr François Xavier RouxParis 14° France Tel 0033.6.13.14.82.14