pour me contacter : Il suffit d'envoyer un mail à = nebgha2000@yahoo.fr ou de laisser un commentaire

Bienvenue sur le plus ancien blog mauritanien francophone encore en activité

29 novembre 2010

Un nouveau Scandale financier secoue la SNIM

Comment fonctionnent les commissions? Comptes secrets, pourquoi le système a-t-il dérapé, et qui en a profité, des millions d’euros disparus en commissions, SNIM-SNC-Lavalin, c’est un incroyable polar, où l’argent coule à flots, qui a bénéficié de ces commissions, par quels circuits passent les millions? A qui cet argent est-il versé, par quel circuit secret transite-t-il?
Depuis sa création, La SNIM regorge de compétences et de projets ambitieux, elle a longtemps été la plus importante entreprise Mauritanienne, c’est aussi celle qui réalisait le plus de profit ; Aujourd’hui L’affaire SNIM- SNC-Lavalin qui secoue la SNIM est un véritable feuilleton où se côtoie le directeur du projet GUELB 2 Monsieur CH.HA... et un intermédiaire dénommé KAL... , à la réputation parfois sulfureuse.
Nous sommes au début de l'année 2010, SNC-Lavalin conclu, avec la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM), un contrat en vertu duquel elle fournira des services d’ingénierie pour le projet GUELB2 ZOUERATT, Et c'est là qu'entre en scène le directeur du projet GUELB 2 Monsieur CH HA et son intermédiaire KAL..;. Car le marché projet GUELB 2 a été attribué à SNC-Lavalin, sans que la SNIM lance un avis d'appel d'offres international. En outre la société SNC LAVALIN, se voit encore confier la présélection d'entreprises de réalisation du dit projet (groupe takraf et autres ont été trié par SNC-Lavalin).
Ce que personne ne sait alors, c'est que SNC LAVALIN a débloqué une importante somme d'argent au dit directeur pour favoriser SNC-Lavalin face à ses concurrents par un accord discret de gré à gré, c’est à dire. SNC-Lavalin et Monsieur CH HA s’entendent sur le montant du pot-de-vin et les services que rendra Monsieur CH HA, en usant de sa fonction et de son influence pour que la société SNC-Lavalin décroche ce marché le projet guelb2 ZOUERATT. Le pot-de-vin n’est toutefois pas versé directement à Monsieur CH HA, les parties convenant plutôt qu’il sera transféré sur le compte bancaire d’un tiers intermédiaire, dont l’unique rôle dans la transaction consiste à transmettre le pot-de-vin. Aucune trace directe ne conduit donc de la société SNC-Lavalin à Monsieur CH HA .On apprendra plus tard qu'une partie de cet argent a bénéficié à KAL Le dit intermédiaire.

Payé des bakchichs, les mots comme les montants ne sont évidemment inscrits nulle part dans les documents que publie la SNIM chaque année. Les actionnaires ne les connaissent pas, les salariés non plus, mais aussi incroyable que cela puisse paraître, elles ne sont pas secrètes pour tout le monde, un haut cadre de la SNC-Lavalin de nationalité française en avait été informé et il a montré ce qu'il savait faire, Il part les mains propres et la tête haute pour le consortium MET-CHEM (concurrent de SNC-Lavalin), car les bons projets n'ont besoin de bakchich pour vaincre. l'argent noir ne sert qu'à mal choisir.
-------------------------------------------------------
Ce texte provient d’un commentaire qui a été posté sur ce blog par un internaute(le lien). Nous avons jugé qu'il est d'utilité publique de le mettre en une. Tout en essayant d'abréger les noms et prénoms
.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bakar ould Cheikh(notre photo), aujourd’hui, hospitalisé au CHN de Nouakchott, a été évacué vers les centre hospitaliers de la capitale à partir de la localité de Graret Levrass relevant de la commune d’Elmeddah (Moughatat d’Aoujeft sud ouest de l’Adrar), parmi 18 malades atteints de la fièvre du Rift (Rift Valley Fever).
Parmi les 18 évacués, 3 ont déjà trouvé la mort, selon des sources familiales.

http://ani.mr/?menuLink=9bf31c7ff062936a96d3c8bd1f8f2ff3&idNews=11572

Anonyme a dit…

la suite ;
XXXXXXXXXXXX

AZIZ'S VISIT TO PARIS

¶5. (C) Serman confirmed press reports that junta leader
Aziz traveled to Paris and met with Presidential
Secretary-General Claude Gueant on June 12. Serman said the
visit was engineered by businessman and self-styled AF
lobbyist Robert Bourgi, who had ties to Gueant and to
President Sarkozy pre-dating Sarkozy's election to the
presidency (see below for further on Bourgi). Bourgi
encouraged Aziz to make a "private" visit, flew Aziz to
France on one of his own planes, and arranged the meeting
with Gueant. Serman, who did not attend the Aziz-Gueant
meeting, understood that it consisted largely of a discussion
of the growing terrorism problem in the Sahel, a subject of
keen interest to Gueant. Serman said that they "undoubtedly"

PARIS 00000815 002 OF 002


discussed the situation in Mauritania but he could offer no
details.

FRENCH CONCERN ABOUT TERRORISM IN THE SAHEL

¶6. (C) XXXXXXXXXXXX

(C/NF) ROBERT BOURGI

¶7. (C/NF) Serman's mention of Bourgi allowed us to ask
about his role and influence, a subject of episodic reporting
in the press, where Bourgi is depicted as one of the last
"France-Afrique" fixers, middlemen, operators, and
businessmen. Serman said that Bourgi had longstanding ties
to Gueant and Sarkozy but that he was first and foremost a
self-promoting businessman looking out for his own interests.
A true wheeler-dealer, Bourgi's main "client" had been
Gabon's recently-deceased President Bongo. Bourgi also had
ties to ROC's Sassou Nguesso and to Senegal's Wade, although
these were less significant than his ties to Bongo.

¶8. (C/NF) Serman said that Bourgi was rapidly burning his
bridges, however, and this was causing his influence to drop
precipitously among the French and Africans as well. Bourgi
was the source of the press leak announcing Bongo's death
before the Gabonese were prepared to make the announcement
themselves. This leak angered Bongo's family. Serman
reported that Sarkozy was also unhappy about the leak,
especially since the information was attributed in the press
to "a source close to the French government," which tended to
make observers think that the GOF was responsible for the
leak or tacitly approved of it, which was not the case.